MÉDIAS: “TERRE DES BOURBONS”, NOUVEAU MAGAZINE TRIMESTRIEL

     1-couverture-tdb2-z

Alors que  le premier semestre 2016 a été marqué par la disparition de deux publications inscrites depuis longtemps dans le paysage bourbonnais,  “Le Bourbonnais rural” et les “Cahiers bourbonnais”, on a (heureusement) enregistré une création. Il s'agit du magazine trimestriel Terre des Bourbons. Présentation...

Début mars, le paysage éditorial bourbonnais a vu émerger une nouvelle publication. Dans plus de 280 points de vente du département, les Bourbonnais ont pu découvrir un nouveau magazine trimestriel, Terre des Bourbons, se définissant comme un « magazine d’exploration locale ». Sur 48 pages, abondamment illustrées en couleur, dans un format 20/28, Terre des Bourbons entend traiter des questions de culture, de société, d’économie mais aussi de développement durable, en se fixant comme périmètre l’actualité du département. Le tout pour 4,90 € par numéro ou 18 € pour un abonnement annuel, avec un tirage annoncé  entre 4 000 et 5 000 exemplaires.

Qui sont les initiateurs de ce nouveau trimestriel?

Parmi les fondateurs on trouve  Dominique Beaufils, imprimeur établi à Moulins depuis plusieurs décennies et qui  travailla  dans les années 1970 et 1980 aux côtés de Nicole Maymat, créatrice des éditions Ipomée. C’est sur ses presses que furent notamment imprimés l’ouvrage de Paul Dupieux, Peuple et princes en Bourbonnais en 1980, ainsi que  Le florilège du Pays de Tronçais et les Oeuvres complètes de Charles-Louis Philippe en 1987. Si les imprimeries J-B Beaufils ont disparu au début des années 2000, Dominique Beaufils est devenu cogérant des Imprimeries Réunies en janvier 2010. Les autres cogérants, Benoît Kornprobst qui dirige l’agence de communication C. Toucom, et Stefan Lunte, directeur de l’Aurore du Bourbonnais figurent aussi dans l’équipe qui a porté le projet de Terre des Bourbons. Ce dernier,  adjoint au maire de Moulins depuis 2014, a été par ailleurs le fondateur du Comité de soutien au palais ducal de Moulins qu’il a présidé jusqu’en juillet 2014. Dans l’équipe  qui les entoure, on peut mentionner Agnès Cluzy, Valéry Reignaud et Pierre Geay, ce dernier assurant aussi la partie publicitaire.

Le pari que constitue le lancement de ce magazine est audacieux. Il reste à savoir si l’entreprise sera viable, compte tenu du prix de vente et du tirage annoncé de la publication. Terre des Bourbons peut compter sur l’appui logistique du groupe Centre France qui a mis son réseau de distribution au service du trimestriel, qui est aussi proposé à la vente sur le site du groupe de presse. Ajoutons-y la promotion du titre assurée par La Montagne, avec les nombreuses insertions publicitaires en couleur reproduisant la couverture du magazine, en pages intérieures le plus souvent, mais aussi plus exceptionnellement en bas de la une.  « Un résultat plaisant, servi par une mise en page soignée et un soin particulier apporté aux illustrations », commentait le quotidien régional en annonçant la sortie de Terre des Bourbons.

Quel est l’esprit du nouveau magazine?

En ouverture du premier numéro figurait un éditorial de présentation, sous le titre Déployer ses ailes:  « Et voilà Terre des Bourbons, le premier magazine entièrement consacré à notre belle province. Le monde est vaste mais il s’ouvre à notre porte. C’est donc par là que nous avons décidé de commencer à explorer, et il y a fort à faire tant notre terroir est riche de secrets enfouis et d’initiatives parfois trop discrètes. Le cerf ailé qui orne notre couverture est le symbole oublié du Bourbonnais. Comme lui, notre identité s’est effacée des mémoires. Nous voulons le voir survoler à nouveau nos forêts et nos rivières, de la Combraille au val de Besbre, et de la montagne Bourbonnaise au pays de Tronçais. Sous ses ailes, nous vous tracerons la cartographie du dynamisme, des projets, de l’incroyable richesse humaine et historique de notre département.  Entrepreneurs, passionnés, paysans, gens de nature comme de culture… Tous ceux que vous rencontrerez dans ces pages ont un point commun, ils sont d’ici. Comme eux, soyons fiers, soyons Bourbonnais, et faites-le savoir ! »

terre-des-bourbons

Que trouve-t-on au sommaire des deux premiers numéros?

Le sommaire du n°1,  sorti en mars,  se voulait résolument éclectique avec une quinzaine de rubriques : Bien-être en Bourbonnais : Le bois, philosophie de vie — Chez-soi en Bourbonnais : Spécial cuisine — Les audacieux du Bourbonnais : Philippe Maymat, la vie d’artiste — Belles demeures en Bourbonnais : Le Château de Beauvoir — Les bonnes fourchettes du Bourbonnais : Le pâté aux pommes de terre — Echo business du Bourbonnais : SICABA — Loin du Bourbonnais : La vanille Bourbon — Initiatives en Bourbonnais : Coiffure solidaire — Racines du Bourbonnais : Né de la terre –Coin de paradis en Bourbonnais : Hérisson — Quelle culture en Bourbonnais : Livres, musique, spectacles — Vert  l’avenir en Bourbonnais : Sauver les insectes —  Nos trésors en Bourbonnais : La Condemine  —  La liste de nos envies en Bourbonnais : À voir, à faire

1-couverture-tdb2Fin juin, est sorti le 2ème numéro (juin – juillet – août 2016): « Comme il est bon de retrouver le soleil, de profiter de la verte campagne bourbonnaise et des fraîches forêts. L’été est arrivé et avec lui, le temps des grandes tablées à l’ombre des marronniers, les soirées entre amis et l’envie de se détendre ». Terre des Bourbons propose donc « des idées d’évasion »  sans courir au bout du monde. Des bienfaits du thermalisme à la visite d’une magnifique demeure du 18ème siècle, des rêves d’exploits sportifs à l’histoire d’une blonde rafraîchissante, des mystérieuses caves Bertine à la dolce vita dans les Parcs de Vichy, chacun y trouvera de quoi rendre son été encore plus doux. Pas de belle saison sans sorties. Ça tombe bien ! De juin à septembre, le Bourbonnais fourmille d’animations en tous genres ».

Le thermalisme et les thermes, la découverte de La Porterie, belle demeure de Souvigny mais aussi la fabrication de la Lubie, bière artisanale « made in Montluçon» ou la saga de Gedivepro, fabricant de vêtements de travail implanté sur la zone de la Loue, toujours à Montluçon, constituent quelques temps forts de ce second numéro. Il  comporte également, actualité oblige, un regard sur le festival des cultures du monde à Gannat. Il reste donc à souhaiter longue vie à Terre des Bourbons.

contacts: allier-infos@sfr.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s