◘ ASSOCIATIONS CULTURELLES, PATRIMOINE, ARCHÉOLOGIE (SEPTEMBRE 2016)

 

ASSOCIATIONS CULTURELLES

Leurs activités, leurs conférences, leurs publications

contact: allier-infos@sfr.fr

 

►On recrute… Les sociétés savantes et assimilées, ont de plus en plus de difficultés à faire croître ou simplement à maintenir le nombre de leurs adhérents…Quelques chiffres :

  • Société scientifique du Bourbonnais (Moulins-Yzeure) : 44 adhérents
  • Société d’histoire et d’archéologie de Vichy (SHAVE) : 126 adhérents
  • Pays de Lisolle (Lalizolle) : 140 adhérents
  • Cercle généalogique et héraldique du Bourbonnais (Moulins) : 430 adhérents
  • Allier Généalogie (Vichy) : 440 adhérents
  • Les Amis de Montluçon: 322 adhérents

► Les Amis de Montluçon

◘ Les Amis de Montluçon, association fondée en 1911,  ont arrêté  leur programme de conférences pour la saison 2016-2017 :

  • Dimanche 9 octobre (Séance publique annuelle): Le 121ème RI et le 321ème  RI à la bataille de Verdun, par Jean-Daniel Destemberg.
  • Vendredi 18 novembre: Un patrimoine littéraire en partage : la restauration des ouvrages reliés du XVIe siècle, par Fabienne Le Bars.
  • Vendredi 9 décembre: Assemblée générale suivie de : Les Moulins hydrauliques de Montluçon, dans le Cher et ses affluents depuis l’Antiquité, par Olivier Troubat.
  • Vendredi 13 janvier 2017: Les visites des chefs de l’État à Montluçon, de Napoléon III à François Mitterrand par Jean-Paul Perrin.
  • Vendredi 10 février: La Sagem à Montluçon, 80 ans à tire d’aile par Alain Gourbet.
  • Samedi 11 mars: Rendez-vous chez George Sand, par Annecy Rouher-Vaucheret.
  • Vendredi 7 avril: Conférence de Jean-Yves Bourgain (titre non défini)
  • Dimanche  21 mai: Excursion annuelle
  • Vendredi 9 juinPierre Leprat (1849-1936), peintre et fondateur des Amis de Montluçon par Marie-Noëlle de Grandry. 
  • Dimanche 15 octobre: Séance de rentrée (à la ferme des Ilets).
  • Vendredi  17 novembreLa commande de retables et de sculptures d’art sacré en Bourbonnais aux 17ème  et 18ème  siècles par Guénolla Thivolle.
  • Vendredi 8 décembre: Assemblée générale
Carte-postale-Bien-Assis
Le château de Bien-Assis (vers 1900), siège de l’Association, qui l’a sauvé d’une destruction annoncée au début des années 1970

Le Bulletin annuel de l’association (année 2015 – n°66) est paru. Au sommaire d’une publication qui compte plus de 150 pages et de nombreuses illustrations en couleur :  img044Bien-Assis 2015 : la poursuite des travaux de restauration des peintures (J-P Michard) – La restauration des archives et d’un ouvrage de la bibliothèque des Amis de Montluçon : bilan ds opérations de l’année 2015 et perspectives pour 2016 – La commande picturale entre Berry, Haute-Marche et Basse-Auvergne (XVIème – XVIIIème siècle) (Guenolla Thivolle) – Le pont et le moulin gallo-romain de Vichy dans le lac d’Allier – Saint Roch : son histoire mêlée à sa légende, son culte, ses représentations (Henri Bourbon) – L’abbé Clément et l’archéologie (Jean-François Jarrige) – Pratiques délibératoires, administration municipale et garde des archives, à Montluçon, à l’époque moderne (Samuel Gibiat) – Les excursions de l’année 2015 : Les Amis de Montluçon  dans la région de Buxières-les-Mines (10 mai 2015) – Bilan des activités de la saison 2014-2015- Compte-rendu de l’assemblée générale.

img045

◘ Après chacune de leurs séances, les Amis de Montluçon publient également sur 4 pages  La Lettre des Amis de Montluçon qui donne un compte-rendu illustré de la conférence passée. En mai 2016, la publication en était à son 204ème numéro. On peut les télécharger gratuitement sur le site : http://www.amis-de-montlucon.com/

 ►Mémoire du Pays cosnois

◘ L’association Mémoire du pays cosnois  publie chaque année un bulletin, De l’Œil à l’Aumance, au contenu particulièrement riche. Au sommaire du n° 18 (printemps 2016):

memoire-du-pays-cosnois-2016Etienne Germain,  un Cosnois « taxi de la Marne »    (Monique Besson) – Une victime de la Terreur en Bourbonnais  (Simone Decorps) – Les Cars bleus   (Claude Bobier) – « L’avant-garde » société de tir à la carabine de Venas   ( Marie-Madeleine Thibault) – Jour de foire en Picardie  (Rémy Deley) – Choisir . . . pour vivre  (poème)    (Jules Bernardon) – L’aide intergénérationnelle,  une belle histoire  (Didier Poupier) – Le service « S.O.S. Poulains orphelins »    (Georges Buvat) – Souvenir de l’abbé Pauly, curé doyen de Cosne    (Claudie Pauly-Tourette) – La population de Sauvagny en 1911 et 2012    (Simone Decorps) – Toponymie de Sauvagny  (Simone Decorps) – « La Traversothèque », œuvre d’un enfant de Cosne, Maurice Malleret   (Hubert Beaudonnet) – Les recensements de la population à Cosne 1836-1911   (Jacques Fournil) – La tuilerie de Laspierre   (Simone Decorps) Enigme     (Simone Decorps) – La charcuterie Chabannes     (Monique Besson) – « L’hôtel des Quatre-Vents » (suite)    (Henri Laville) – Histoire de Cosne (suite)    (Denise Fayolle d’après Jean Levet) – Le prix Jean Levet-André Dorléat 2015   (Monique Besson) – Nos peines     (Hubert Beaudonnet, Monique Besson) – Le site internet de « Mémoire du pays cosnois »    (Jacques Fournil)

◘ Le 14 octobre, Mémoire du pays cosnois accueillera Olivier Mathieu, professeur d’histoire à le retraite, pour une conférence consacrée à Pierre Brizon.  Né à Franchesse, député socialiste pendant la première guerre mondiale, il fut en 1916 un des trois parlementaires à refuser  de voter les crédits militaires.

La grande mutation des campagnes bourbonnaises est le thème d’un recueil des chroniques agricoles de Georges Buvat, qui fut un fidèle et actif  membre de Mémoire du pays cosnois. L’ouvrage est préfacé par le docteur d’Alteroche . Un premier tirage à 140 exemplaires ayant été rapidement épuisé, un second tirage a été réalisé. Il devait être disponible auprès de l’association à compter du 24 septembre (12 €).

Pour en savoir plus sur les activités et les projets de l’association, on pourra consulter son site Internet:  http://www.memoiredupayscosnois.com/

Sans titre

► Chez nos voisins creusois…À la découverte de la Société des Sciences Naturelles Archéologiques et Historiques de la Creuse…

► La Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse (S.S.N.A.H.C.) fondée en 1832, soit 13 ans avant la Société d’émulation du Bourbonnais,  est la doyenne des sociétés savantes du Limousin. Avec ses   650 membres, elle est sans doute la plus importante, compte tenu de la population départementale. Fondatrice du musée de Guéret, elle en a assuré bénévolement l’administration de 1837 à 1970.

               ◘  http://www.ssnah23.org/index.php

► La S.S.N.A.H.C. édite chaque année des Mémoires regroupant les travaux de ses adhérents. Ils  traitent des sciences naturelles, de l’archéologie, de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’histoire littéraire et de l’ethnographie. Ces travaux sont présentés par leurs auteurs lors des réunions publiques bimestrielles. Elle publie également des ouvrages réunis dans la collection Études creusoises, ainsi que des cédéroms et ouvrages hors collection.

► La bibliothèque de la Société est ouverte à tous les mercredis de 14 h à 17 h (seuls les membres peuvent emprunter des ouvrages).

► Outre les cédéroms reprenant les collections anciennes des Mémoires, la Société met à disposition sur son site un ensemble de titres téléchargeables gratuitement parmi lesquels le Dictionnaire biobibliographique d’Amédée Carriat (1922-2004), dont la publication en fascicules s’étala de 1964 à 1976.

◘  http://www.ssnah23.org/enligne.php

Sans titre

Liste des titres téléchargeables :

amédée carriat
Amédée CARRIAT 

•  Amédée Carriat :  Dictionnaire biobibliographique des auteurs du pays creusois et des écrits le concernant des origines à nos jours, 1976, 8 fascicules, 755 p.

►Présentation.

Fascicule 1 (A-Bro). Fascicule 2 (Bru-Dup). Fascicule 3 (D-H). Fascicule 4 (H-L). Fascicule 5 (Lou-Ped). Fascicule 6 (Pei-Rou). Fascicule 7 (Rou-Tri). Fascicule 8 (Tri-Z, Supplément).

• La Marche, revue mensuelle, historique et littéraire (1860-1862), 296 p.

• Louis Duval Chartes communales et franchises locales du département de la Creuse, Supplément au tome IV des Mémoires de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, 1881, XLIII + 160 p.
• Bulletin de correspondance de la Société des sciences, n° 1, 1893, 31 p.

• Bulletin de correspondance de la Société des sciences, n° 2, 1895, 30 p

• Bulletin de correspondance de la Société des sciences, n° 3, 1896, 20 p.

• Bulletin de correspondance de la Société des sciences, n° 4, 1900, 16 p.

• Bulletin de correspondance de la Société des sciences, n° 5, 1902, 32 p.

Abdon-René Couturier de Fournouë :  Coutumes de la province et comté pairie de la Marche, Clermont-Ferrand, Pierre Viallanes, 1744, supplément, 1748, 358 p.

Arthur-Marie-Isidore Hecquard : Monographie de la seigneurie de Vost en Haute-Marche, (éd.) Denis Fradeaud-Guillemot, 1999, 102 p.

Antonin du Beaufret La paroisse de Rougnat en la châtellenie d’Auzances, Bone (Algérie), 1905 , 210 p.

Christophe Moreigne : Prisonniers de guerre de l’Axe. Creuse et région administrative (1944-1948), 2005.(Sur le site du Service éducatif des Archives départementales de la Creuse).

PATRIMOINE

 

lapalisse► Le spectacle « Son et lumière » donné au château de Lapalisse, sur les deux derniers week-ends de juillet, a été une réussite avec 5 soirées qui ont affiché complet. Au final plus de 5 000 spectateurs ont assisté au spectacle Maréchal de La Palice, la Vérité, d’une durée d’une heure quinze . Il relatait en 12 tableaux l’histoire de Jacques II de Chabannes la Palice (1470?-1525), depuis sa naissance jusqu’à sa mort à la bataille de Pavie, avec la façade du château en guise d’écran géant.  Une cinquantaine de bénévoles occupaient la cour du château, transformée en espace scénique, le temps du spectacle.

► Le château de Veauce a été fermé sur décision de  la mairie, l’accès à l’édifice ayant été jugé dangereux. Pour réaliser les travaux d’urgence, un appel aux dons a été lancé et un site de financement participatif a été ouvert afin de  recueillir 5 000 €.

► Sous le titre « Merveilles de la lutherie », la “Gazette Drouot”,  (n° 24 -18 – 26 juin), consacre  deux pages au résultat de la vacation annuelle organisée par Vichy Enchères. Elle  affichait d’impressionnants records établis pour de rares productions de la lutherie ancienne. Ainsi : un violon XVIIIe siècle italien : 169 880 € – un violoncelle (vers 1770) : 96 720 € – un violoncelle fait vers 1840 à Paris : 84 320 € – un alto, fait à Naples en 1914 : id. – un archet de violon créé par Charles Peccatte (1850-1918) : 39 680 €.

BERARD
Raymond BÉRARD

 ◄ Raymond Bérard, conservateur général des bibliothèques, directeur de l’INIST (Institut de l’Information scientifique et technique) de 2013 à 2016, est décédé le 29 juillet 2016 à Lyon, où ses obsèques ont eu lieu le 3 août. Il avait occupé des postes de direction de bibliothèques, dont la Bibliothèque municipale et interuniversitaire (BMIU) de Clermont-Ferrand. Dans son dernier poste, il avait dû faire face dès 2013 à la polémique autour du service Ref Doc, catalogue d’articles scientifiques, accusé d’être devenu une simple plateforme de vente, qui plus est, sans l’accord des auteurs des articles.

Roger Bruny est décédé le 1er août 2016, à l’âge de 89 ans. Ses obsèques ont eu lieu en l’église de Marsat (Puy-de-Dôme) le 8 août. Né le 27 septembre 1926 à Lempdes-sur-Allagnon (Haute-Loire), architecte DPLG, il avait acquis en 1965 le château de Chazeron, sur la commune de Loubeyrat, près de Riom, alors en ruine et dont il avait poursuivi le sauvetage. En 1968, il était devenu professeur à l’École des beaux-arts de Clermont-Ferrand.  Il était féru d’art contemporain.

ARCHÉOLOGIE

 

telechargement-5◄ Au sommaire de la revue  Archéologia, n° 545, juillet-août 2016 :  “Autun : une nécropole gallo-romaine à la loupe”. Une exposition au musée Rolin, jusqu’au 31 octobre 2016,  livre les principaux résultats des fouilles conduites entre 2003 et 2008. Augustodunum devint en remplacement de Bibracte la capitale gallo-romaine des Eduens. Certaines stèles éclairent judicieusement le mode de vie des habitants.

◄ Dans la même revue :   Entrains-sur-Nohain (Nièvre) : un décor de stuc d’une maison romaine” (J. Boisleve et S. Venault). Les fouilles menées entre 2008 et 2015 ont mis à jour, outre des peintures et des sculptures de divinités domestiques, un ensemble exceptionnel de décors de stucs, très luxueux et très rares, au sein de maisons particulières de riches commanditaires. Interanum était relié aux principales villes de l’époque.

Le musée d’Argentomagus, à Saint-Marcel (36200) présente une exposition jusqu’au 23 décembre 2016 : Par ici la monnaie : la collection numismatique Jacques Dupoux, monnaies gauloises et romaines. L’exposition a été bâtie à partir d’une sélection des monnaies du fonds Dupoux. Un catalogue raisonné a été établi pour l’occasion.

9827_musee-d-alesia-auxois-bourgogne

UN SITE À DÉCOUVRIR ET À EXPLORER

À LA DÉCOUVERTE DE CES GALLO-ROMAINS, SI PROCHES ET SI LOINTAINS…

 

► Depuis des années, Laurent Ghiglione, professeur d’histoire à Montluçon, nourrit une passion  pour l’histoire de la Gaule romaine, d’il y a 2000 ans, et de ses habitants. C’est ce qui l’a conduit, à élaborer un site dédié à Ces Gallo-Romains si lointains et si proches... Il propose notamment un Tour des Gaulesà la découverte des provinces, complété par des Promenades dans la France  gallo-romaine.

◘  https://sites.google.com/site/lesgalloromains/

► En se basant sur les inscriptions épigraphiques, Laurent Ghiglione a pu  constituer un corpus mettant à l’honneur des milliers de Gallo-Romains connus par cette seule source. Même si elles sont souvent fragmentaires, « expéditives »,voire trompeuses, ces inscriptions n’en constituent pas moins un moyen d’accès essentiel à la connaissance d’une partie de la population gallo-romaine.

.► Selon lui, il y a   environ 23 300 inscriptions connues pour les 8 provinces gallo-romaines :

 • Près de 9 500 en Narbonnaise (le Sud-Est de la France actuelle).

• Environ 2 600 en Aquitaine (large Sud-Ouest, avec 20 cités),

• Environ 3 300 en Lyonnaise (de l’Armorique à Lyon en passant par la Normandie), le val de Loire,  l’Ile de France et la Bourgogne, avec 28 cités)

• Plus de 3 000 en Belgique (un vaste Nord-Est, avec 13 cités)

• Environ 4 300 dans les deux Germanies (du Jura à l’embouchure du Rhin, avec 25 cités). Le corpus ne retient que les cités se trouvant dans le cadre administratif de la France actuelle.

• 670 dans les 3 provinces alpines « françaises« 

gaule_romaine

 

► Ce corpus est basé sur une sélection (par zones géographiques et par thèmes) des inscriptions les plus intéressantes, les plus riches en informations, les plus curieuses, les plus amusantes ou les plus tristes…

► Ces listes présentent avant tout  les élites (magistrats, prêtres, évergètes  …)  mais aussi les gens de métiers  (très variés et souvent insolites), ainsi que des affranchis et des esclaves parfois cités, les femmes et les enfants, les anonymes…

Les épitaphes sont aussi des plus variées : on peut y trouver inscrits la ou les fonctions exercées,  les noms des parents et des enfants, l’âge du décès (parfois très précis), des circonstances exceptionnelles  (accidents de la vie, récompenses), des hommages, voire des expressions d’affliction ou de tendresse…

► L’ensemble se décline ensuite en fiches sélectives téléchargeables et régulièrement actualisées:

La  Gaule englobant les provinces de Belgique, de Germanie supérieure (parties françaises), de Lyonnaise  (sauf Lyon) et d’Aquitaine.

Lyon

Sud 1 :  Aix-en-Provence, Alba, Apt, Arles, Béziers, Fréjus, Glanum, Grenoble, Marseille.

Sud 2 : Narbonnaise : Narbonne, Nîmes, Orange, Vaison-la-Romaine, Valence et Vienne

Sud 3 : Les autres gallo-romains de la province de Narbonnaise, les provinces Alpines et la Corse

► À signaler, également du même auteur, un site consacré à la longue histoire des monuments français. Ce travail est parti d’un constat : de l’immense patrimoine bâti par les hommes de l’Antiquité gallo-romaine, il ne reste que des ruines, des « miettes« , des « confettis« , parfois sauvegardés, souvent ignorés. Est-il possible d’établir des explications à cette disparition massive ? Quelle est la part du hasard ? Quelle est celle des intentions humaines, soit pour faire disparaître, soit pour protéger? Quelles sont les réutilisations, les réemplois, les survivances, qui ont permis à une infime partie de ce patrimoine de parvenir jusqu’à nous ?

https://sites.google.com/site/destructionsetsurvivances/

►L’ensemble est présenté sous la forme d’une série de quinze fiches, avec illustrations, présentant, par régions et par départements, les vestiges gallo-romains actuellement conservés (monuments ou collections des musées) et l’état des connaissances sur l’occupation du territoire à l’époque gallo-romaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s