MAI 68…EN BOURBONNAIS AUSSI: UN APPEL À TÉMOIGNAGE

MISE À JOUR: 21 JUIN 2017                  Contact: allier-infos@sfr.fr

Mai 68 au Quartier Latin…Mais pas seulement

• Que faisiez-vous en mai 68? Pour certains, la question pourra paraître un brin indiscrète… D’autres, « vétérans de 68 », trouveront qu’elle a des airs d’interrogatoires  de police… Certains considéreront que  ressasser ces vieilles histoires « d’anciens combattants soixante-huitards » n’a strictement aucun intérêt… En fait, rien de tout cela. 

• Les Éditions de l’Atelier, héritières des éditions Ouvrières et éditrices depuis plusieurs décennies du Maitron (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social) lancent, en partenariat avec le site d’informations en ligne Mediapart, un appel à témoignages pour collecter une histoire « concrète et vécue » de Mai-Juin 1968. Un défi éditorial  que Vu du Bourbonnais ne pouvait pas ne pas relayer localement.  Explications…

Centre Matin (quotidien montluçonnais), daté du 13 mai 1968, annonce la grève générale.

CINQUANTE ANS APRÈS : COLLECTER UNE HISTOIRE « VIVANTE, CONCRÈTE ET VÉCUE »DE MAI 68

• À l’approche du cinquantenaire des événements de mai 1968 (un demi-siècle déjà !), l’objectif est  de sortir d’une histoire « édifiante », racontée par les « héros » ou les « vedettes » médiatiques de ces événements:  « Le cinquantenaire de mai 1968 sera célébré l’an prochain. Mais qui va célébrer quoi ?, peut-on lire sur le site Médiapart. Verra-t-on encore les mêmes préposés aux célébrations nationales ? Des acteurs devenus des célébrités et qui accaparent l’expression de ce que fut ce mouvement social sans équivalent, et qui se sont fait une rente viagère médiatique de présenter leurs engagements d’hier comme des moments d’égarement, voire d’aveuglement ? Entendra-t-on encore le refrain usé sur mai 1968 comme date de naissance d’un individualisme décomplexé, du chacun pour soi dans la course à la consommation et à la réussite ? Réduira-t-on ce vaste mouvement revendicatif impliquant les salariés à sa seule composante étudiante ? ». C’est donc pour éviter cet écueil qu’est née l’initiative des éditions de l’Atelier.

• Si l’on n’ignore presque rien de ce que furent les action, les faits et gestes d’un Daniel Cohn-Bendit au Quartier Latin,  on ne sait finalement pas grand-chose  du vécu personnel de chacun des ouvriers montluçonnais qui ont occupé Dunlop ou la Sagem par exemple. Pas plus que de celui du paysan du bocage bourbonnais, solidaire avec les grévistes, ou encore  du lycéen ou du professeur de Banville à Moulins…Voire des employés de la vénérable Compagnie fermière à Vichy.

Mai 1968 à l’usine Sagem de Domérat: « Pour nos 40 heures…Smic à 1000 francs…Retraite à 60 ans…« 

• Le but premier est donc de reconstituer  la multiplicité de ces vécus, des  expériences, des engagements, des ébranlements, des luttes, mais aussi des déceptions, des joies,des tristesses, des espoirs, des emballements, et pourquoi pas des désillusions suscités par Mai-Juin 1968, à la fois dans l’instant et dans la longue durée, que ce soit  au plan personnel,  familial ou collectif. L’objectif de cette initiative est donc d’utiliser les moyens participatifs de la révolution numérique pour collecter une histoire vivante, concrète et vécue, de Mai-Juin 1968.

▲ Des femmes en lutte: le piquet de grève devant l’usine textile Rousseau,  et devant l’atelier de confection Hermel, à Montluçon  ▼ 

QUI EST CONCERNÉ PAR CETTE INITIATIVE ?

• Lors des événements de Mai-Juin 68 que faisiez-vous ? Vous étiez peut-être apprenti, fonctionnaire, étudiant, ouvrier, employé, artisan, lycéen, commerçant,  paysan, ou même encore enfant ? Vous avez, dans votre famille, dans vos relations, parmi vos voisins, au bureau, un aîné ou une aînée qui a pris part à une occupation d’usine, à un piquet de grève, à une manifestation, à une échauffourée ? Ou un proche vous a raconté comment ces semaines l’ont marqué ?

La grande manifestation du 25 mai 1968: des milliers de manifestants arpentent le boulevard de Courtais à Montluçon
L’arrivée du cortège place Jean-Jaurès, devant l’hôtel de ville

COMMENT MOBILISER UNE MÉMOIRE PRÉCIEUSE?

Comme en 1936, la solidarité paysanne avec les grévistes à Montluçon

• Mobiliser cette mémoire précieuse, rappeler ce que furent ces journées et ces moments dans les usines, les bureaux, les villages, ou simplement dans les familles… Oui, mais comment ? Quels que soient leur forme, leur taille, leur style ou leur contenu, tous les « éclats de mémoire » qui peuvent aider à reconstituer la mosaïque de ces deux mois sont les bienvenus. Et pas question de s’interdire d’apporter son témoignage au prétexte qu’on ne « sait pas écrire » ou qu’on n’a « pas fait grand-chose » !

• Il s’agit de retrouver la parole des innombrables « soixante-huitards »  qui ont été des acteurs, même modestes, de ces évènements. Cet appel n’exige pas des témoignages obligatoirement « bien écrits », bien calibrés. Ce qui est attendu, ce sont des souvenirs bruts, authentiques, qu’ils soient courts ou longs. Des souvenirs qui fassent remonter de tous les endroits (campagnes, villes moyennes, grandes villes), de tous les milieux sociaux, de toutes les générations, la parole de celles et ceux à qui l’occasion d’en parler n’a jamais été donnée, ou trop rarement.

Les paysans se font aussi entendre…Un barrage routier installé en mai 1968 sur la RN 145

TÉMOIGNER… MAIS SOUS QUELLE(S)  FORME(S) ?

Affiche conçue par des étudiants des Beaux Arts en mai 1968

• Il n’y a aucun cadre préformaté, ni plan type...Chacun des récits peut être un texte racontant ce que vous avez fait pendant les événements (en indiquant brièvement qui vous étiez et ce que vous faisiez à l’époque), décrivant vos impressions d’alors, ou en mettant ce souvenir en perspective, en montrant comment Mai 68 a eu un effet sur votre vie. Ce peut être, beaucoup plus simplement encore, une scène qui vous a frappé, un fait  qui a pu vous sembler, a priori, anodin mais qui, au fil du temps, a fini par  vous paraître significatif, un moment d’émotion ou de bonheur, une prise de bec en famille, une rencontre marquante, …

Les grévistes dans la cour de l’usine Dunlop, à Montluçon

• Toutes les formes de témoignages sont les bienvenues : copie ou scan de photos noir et blanc gardées précieusement dans un carton, vieux tracts, feuille de paye amputée à cause des grèves, dessins, notes personnelles… Tous les supports sont acceptés : texte papier, même manuscrit,  vidéo (format mp4, mov, mpeg…), audio (format mp3)… Une seule contrainte : la date limite d’envoi fixée au 15 septembre 2017.

ET APRÈS … QUELLES UTILISATIONS SERONT FAITES DE CES TÉMOIGNAGES ?

Érick Neveu …

•  Et après ? Un livre est en préparation aux Éditions de l’Atelier. Il bénéficiera de la caution scientifiques de deux chercheurs, Boris Gobille (maître de conférences de science politique à l’École normale supérieure de Lyon) et Erik Neveu (professeur de Science politique au sein de l’équipe Arenes – CNRS des universités de Rennes) qui en assureront l’édition. Il inclura certains des témoignages reçus, récits, documents. Tous ne pourront malheureusement pas y figurer, le format livre n’ayant matériellement pas l’élasticité, le caractère extensif d’un site internet.

…et Boris Gobille, maîtres d’oeuvre du projet

• Il ne s’agira en aucun cas de  « sélectionner » les « meilleurs » mais de proposer au lecteur papier un itinéraire lui permettant de se repérer au sein d’une variété de thématiques couvrant les aspects connus et surtout méconnus de Mai 68. Le livre renverra lui-même au site de Mediapart pour les lecteurs qui voudraient prolonger cette expérience en se plongeant dans la profusion des témoignages et, ainsi, revivre dans sa pluralité l’expérience qui fut la leur à l’époque.

• Sources : Médiapart et Éditions de l’Atelier : d’après les textes de Bernard Stephan, directeur des éditions de l’Atelier et Edwy Plénel, directeur de la publication de Médiapart.

Affiche conçue par des étudiants des Beaux-Arts en mai 1968

►Archives de l’I.N.A. : Extrait d’un JT de 1998, proposant une rétrospective des événements de mai 68

INFOS PRATIQUES: L’ESSENTIEL

Date limite d’envoi (impérative) : 15 septembre 2017

► Pour envoyer une contribution par mail. 

Attention…Le poids des pièces jointes étant  limité à 10 Mo, au-delà, les documents devront être envoyés  parwetransfer 

► Pour envoyez une contribution par  voie postale :

Les Éditions de l’Atelier: « Projet Mai 1968 »

51-55, rue Hoche   –  94200 Ivry-sur-Seine

► Pour suivre l’avancement de cette collecte de témoignages sur le site Mediapart (types de témoignages reçus, types de témoignages manquants (profils sociaux ou encore géographiques) :

  ► Pour accéder au site des éditions de l’Atelier

Un autre article à consulter sur ce site, à propos du Maitron ou Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du Dictionnaires des fusillés 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s