L’ACTUALITÉ DES AUTEURS, DES ÉDITEURS ET DES MÉDIAS: N°9 (SEPTEMBRE-OCTOBRE 2017)

Mise à jour: 18 octobre 2017         

 Contact: allier-infos@sfr.fr

 

DU CÔTÉ DES AUTEURS

 

◘ ÉMILE MÂLE, UN HISTORIEN DE L’ART  FACE À LA GRANDE GUERRE

male-portrait (1)
Émile Mâle (1862-1954)

• Le 30 septembre, l’Historial du Soldat paysan, à Fleuriel, propose une conférence de Raphaëlle Maraval, doctorante en histoire,  sur Le destin d’un Bourbonnais, Émile Mâle (1862-1954), pendant la grande guerre. Le futur académicien, historien de l’art reconnu, originaire de Commentry, était trop âgé pour combattre lorsque la Grande guerre éclata, ce qui ne l’empêcha toutefois pas de prendre position. Il publia ainsi plusieurs textes dans lesquels il critiquait l’art germanique, remettant en cause  la légende de l’origine germanique du style gothique. De même, il s’éleva contre les dégâts infligés par les bombardements de  l’armée allemande sur de grands monuments français. On sait que des édifices religieux notamment, dans les zones de combats ou à proximité, furent détruits ou sérieusement endommagés, les cas les plus emblématiques étant ceux des  cathédrales de Reims et de Soissons. Pendant le conflit, Émile Mâle qui était très attaché à son Bourbonnais natal, est également venu s’y ressourcer et il lui a consacré une quinzaine d’écrits. Parmi ceux-ci, figure  un hommage aux soldats bourbonnais morts en 14-18.Autant de thèmes que devait aborder la conférencière.

◘ JACQUES CHEVALIER, AU CŒUR D’UNE JOURNÉE D’ÉTUDES AUX ARCHIVES NATIONALES

Sans titrejch

• Le  15 septembre 2017, sur le site des Archives nationales, à Pierrefitte-sur-Seine, s’est tenue une journée d’études sur  « Jacques Chevalier, un philosophe dans le monde (1882-1962)« . Elle s’est déroulée selon le programme suivant : Présentation (Antoine Prost) –  La vie de J. Chevalier (Victor et Wandrille Gosset) – Le don des papiers de J. Chevalier aux Archives nationales  (Manuel Chevalier) – Le fonds privé de J. Chevalier et les sources sur J. Chevalier dans les archives publiques (Caroline Pikety et Emmanuelle Giry) – Catholique dans l’enseignement public : la création d’un syndicat par J. Chevalier, l’Union nationale des membres de l’enseignement public (Dominique Lerch) – J.Chevalier, un philosophe égaré en politique (Jean-Luc Pouthier) – J.Chevalier à l’Instruction publique : retour sur cinq mois d’actions et d’ambitions (Mathieu Devigne) – J.Chevalier, éveilleur symphonique de chemins singuliers (Gérard Lurol) – Morale,mystique et philosophie : la place de J. Chevalier dans l’histoire du spiritualisme français (Jean-Louis Vieillard-Baron) – J. Chevalier et la métaphysique (Andréa Bellantone) – J.Chevalier,auteur de l‘Histoire de la pensée et historien de la philosophie (Jean-François Petit) – Quand J. Chevalier se fait enquêteur pour Maurice Halbwachs : Cérilly, printemps 1907 (Anne Lhuissier) – L’enracinement de J. Chevalier en Bourbonnais : Cérilly et la forêt de Tronçais (Anie Badower)  – J. Chevalier, un poète en philosophie (Thierry Gosset) – Conclusion (Jean-Louis Vieillard-Baron). Il reste à souhaiter que ces communications fassent l’objet d’une publication ultérieure.

 

HOMMAGE

◘ PIERRE-MARC TÉTY (1938-2017) : UNE PASSION POUR L’HISTOIRE BOURBONNAISE

• Pierre-Marc Téty  est décédé, le 7 octobre, à l’âge de 79 ans. Né à Limoges en 1938, il avait été élève à l’école normale d’instituteurs de Moulins, prélude à une carrière dans l’enseignement primaire puis secondaire. Il avait d’abord enseigné l’anglais au collège de Cérilly, avant de poursuivre au collège Émile-Guillaumin à Moulins puis au collège François-Villon d’Yzeure. À l’heure de la retraite, il avait pu assouvir sa passion pour l’histoire bourbonnaise en se lançant dans une série de recherches qui avaient abouti à la parution de plusieurs livres.

PM TETY Marie Danièle Campion
Pierre-Marc Téty, officier des Palmes académiques 

• En 2007, il avait ainsi publié Les grandes affaires criminelles du Bourbonnais  (éditions de Borée),  suivi en 2010 des Nouvelles affaires criminelles de l’Allier, écrit en collaboration avec Jean-Louis Deschamps (éditions de Borée). Son dernier ouvrage aura été Sorcerie bourbonnaise : de la sorcellerie en général et du Bourbonnais en particulier, publié par la Société bourbonnaise des études locales. Le 8  octobre 2016, il s’était vu remettre par Marie-Danielle Campion, recteur de l’académie de Clermont,  les insignes d’officier dans l’ordre des Palmes académiques. Pierre-Marc Téty  était aussi beaucoup impliqué dans la vie associative.  Ses obsèques ont été  célébrées le 12 octobre en l’église Saint-Pierre d’Yzeure.

Z

 

◘ PRIX BOURBONNAIS DE LA NOUVELLE 2018 : À VOS PLUMES !

• Le jury du prix Bourbonnais de la nouvelle, présidé par Jean-Charles Gaumé, s’est réuni début octobre, à Bourbon-l’Archambault,  pour préciser les contours de la 24ème édition du concours littéraire. Du 16 octobre 2017 au 16 mars 2018,  les candidats devront plancher sur le thème « Eau tiède et sang froid », que ce soit dans la catégorie nouvelle humoristique (prix de Ruzière) ou dans la catégorie  nouvelle, en vue de décrocher les prix Robert-Chaput de la municipalité ou du département de l’Allier, dotés globalement de 1 300 €.

ZA
► Aller sur le site du Concours bourbonnais de nouvelles

• Le cahier des charges reste le même : rédiger une nouvelle de 15 000 signes maximum, en langue française, écriture recto-verso, police 12, interligne 1,5, avec un titre en première page et sans signe distinctif. Le texte qui ne doit avoir fait l’objet d’aucune édition, ni publication est à envoyer en 8 exemplaires, accompagné  d’un feuillet séparé avec  les nom, prénom, année de naissance, adresses postale et électronique, n° de téléphone et titre de l’œuvre, avec signature. Le tout est à adresser  à la médiathèque municipale 03160 Bourbon-l’Archambault. Les lauréats des prix 2015, 2016 et 2017 ne sont pas autorisés à concourir. Le Jury se réunira le 25 mai 2018, prélude à la remise des prix fixée au 16 juin, dans les jardins de l’hôtel Montespan-Talleyrand.

 

◘ UNE INVITATION À REDÉCOUVRIR LA RICHESSE DU PATRIMOINE LITTÉRAIRE BOURBONNAIS

• Du 13 au 15 octobre,  Creuzier en livres, une manifestation co-organisée par la municipalité et le comité des fêtes, s’est donné pour but de mettre en valeur  la richesse du patrimoine littéraire bourbonnais. Pour ce faire un programme aussi riche que varié a été concocté.

affiche-salon-du-livre-1080x675

• Dès les vendredi 13 octobre, des Ateliers ont été  organisés avec des écoliers autour d’Albert Bonneau, le très prolifique créateur du personnage de Catamount. L’animation était assurée par Benjamin Blasco Martinez, dessinateur de la BD inspirée de Catamount. En fin de journée, ont suivi des  Rencontres avec deux auteurs,  Julien Moreau et Dorothée Chifflot. Ensuite, le film de Serge Korber,  Un idiot à Paris, d’après le livre de René Fallet, a été projeté

Bonneau
Albert BONNEAU

• Les Samedi 14 et dimanche 15  octobre, s’est tenu un  Forum – Salon du livre mettant à l’honneur   des écrivains nés, ayant vécu ou ayant séjourné en Bourbonnais via des associations telles que les Amis d’Albert Bonneau, les Amis de Charles-Louis Philippe, la Maison Albert Londres,  Sur les pas d’Albert Londres,  Agir en Pays jalignois, l’association James-Joyce, Lacmé et  Pré-Textes. Plusieurs auteurs étaient également présents : Dorothée Chifflot, Jeanne Cressanges, Jean Duclairoir, Frédéric Fossaert ,  Laurent Léonard, Céline Maltère, Éric Tournaire, Benjamin Blasco Martinez et Julien Moreau.

• Des conférences ont émaillé la journée du samedi avec   Whisperies,  éditeur de livres animés pour enfants, Frédéric Fossaert, écrivain et éditeur. On pouvait aussi  partir à  la découverte d’Albert Bonneau avec le dessinateur de BD Benjamin Blasco Martinez, ainsi qu’à  la rencontre d’Albert Londres, grâce à  l’association Maison Albert-Londres. À signaler par ailleurs l’exposition René Fallet en Bourbonnais, présentée par Agir en Pays jalignois

fallet
René FALLET

• La journée de dimanche  a été  ponctuée par des interventions autour de Charles-Louis Philippe, de James Joyce et de son séjour bourbonnais;  à Saint-Gérand-le-Puy. Autres sujets abordés: Pierre Besbre, Lily Jean-Laval et Émile Clermont. La manifestation devait se  terminer par la redécouverte de trois écrivains bourbonnais tombés dans un oubli relatif :  Albert Fleury, Simone de Tervagne et Harry Alis dont les ouvrages ont été réédités par l’association Pré-Textes.

◘ LES MEILLEURES VENTES DES LIVRES D’HISTOIRE

• La revue professionnelle Livres Hebdo a publié un dossier consacré aux livres d’histoire (n°1143 – 29 septembre), dans lequel est établie la liste des 50 meilleures ventes en histoire, entre septembre 2016 et août 2017: “ Si Sapiens (Albin Michel) demeure le best et désormais long-seller incontesté, talonné par le deuxième tome de Métronome de Lorant Deutsch (Michel Lafont) et Histoire mondiale de la France (Seuil), le palmarès brille cette année par son éclectisme”, peut-on lire en introduction.

Z8
Le trio de tête des 50 meilleures ventes

• Derrière  le trio de tête, figurent Lettres à Anne 1962-1995 de François Mitterrand (Gallimard) suivi de  Le pouvoir au féminin: Marie Thérèse d’Autriche  – 1717-1780 d’Elisabeth Badinter (Flammarion), La grande histoire du monde de François Reynaert (Fayard),  Déshabillons l’histoire de France: tableau des mœurs françaises de Gonzague Saint-Bris (XO éditions),  Secrets d’histoire – Volume 7 de Stéphane Bern (Albin Michel), Henri IV, un roi français de Max Gallo (XO éditions), Journal pour Anne 1964-1970 de François Mitterrand (Gallimard) et Une jeunesse au temps de la Shoah de Simone Veil (Le Livre de poche)

◘ SUR LES RAYONS DES LIBRAIRES…DES PAVÉS

Sans titre LM

• « Mais pour qui sont ces pavés qui sifflent sur nos tables», s’interroge Éric Loiret dans un article publié dans le supplément littéraire du Monde (15 septembre) et intitulé « Le pavé, tendance lourde ? ».  Et de faire remarquer que «  La rentrée littéraire 2017 a un petit goût de surpoids pour ceux (journalistes et libraires) qui voient passer tous les livres et ont vu débouler des dizaines de romans à fortes carrures : 944 pages pour“ Kong, de Michel Le Bris (Grasset), 877 pour “ Le Dossier M”de Grégoire Bouillier (Flammarion), 752 pour “Le Triomphe de Thomas Zins”, de Matthieu Jung (Anne Carrière), 648 pour Philippe Jaenada et sa “Serpe”, 600 pour Gaëlle Nohant avec “Légende d’un dormeur éveillé” (Héloïse d’Ormesson)… On compte deux Gallimard à plus de 600 pages (“Ascension”, de Vincent Delecroix, et Le Cénotaphe de Newton, de Dominique Pagnier) et beaucoup d’ouvrages à 400 ou 500 pages ». Même tendance constatée par le journaliste pour les romans étrangers avec Nathan Hill et Orhan Pamuk (720 et 688 pages chez Gallimard) ou Carsten Jensen (768  pages chez Phébus). Le record est atteint avec les… 1264  pages dJérusalem”, d’Alan Moore, à propos duquel  «  Chez Gallimard, il se murmure que la fabrication a failli rendre l’âme devant le nombre colossal de signes à imprimer ».

51jhmYfZANL• Ce constat dressé, Éric Loret  s’interroge sur les raisons de cette obésité livresque : « Le gros volume se vend-il mieux ? L’épaississement est-il une tendance ancrée ou s’agit-il d’une conjonction hasardeuse cette année ? ».  Du côté des libraires, en première ligne, on confie avoir constaté au fil des ans « une inflation paginale », notamment pour les romans étrangers, et en particulier pour «  les fictions historiques ou métaphysiques, les récits épiques, les sagas ». Le lecteur se serait ainsi habitué aux gros romans étrangers. Il n’en est pas de même pour les auteurs français : “ L’auteur hexagonal qui écrit  » long  » a toujours l’air de déroger indûment au récitatif sec qui a marqué notre modernité”.

Du côté des auteurs, on plaide le plus souvent non coupable et on invoque la nécessité de faire long.   Philippe Jaenada, dont les deux derniers pavés dépassent les 700 pages, alors qu’il se contentait de la moitié pour son premier roman, il y a vingt ans, se justifie par  » la profondeur, l’épaisseur, l’humanité  »  qu’a pu gagner son personnage principal dans La serpe, au fil des pages.

bando9
La Serpe...Un pavé de 650 pages

• À l’inverse, Hélène Gestern à laquelle il avait fallu pas moins de 700 pages pour  L’odeur de la forêt, publié chez Arléa en 2016, se contente  l’automne 2017 d’un récit bref, avec Un vertige qui raconte une rencontre et une séparation. Pas question toutefois de condamner l’épaisseur matérielle de L’odeur de la forêt : «  » Le bonheur de pouvoir raconter une histoire avec “de la place”, de l’élan, des alternances de rythme, des descriptions. Cela donne aussi le luxe d’installer les personnages dans le temps, de les voir changer, évoluer, vieillir, de créer des temps forts et des temps faibles, ceux-ci étant davantage là pour poser un climat, une atmosphère. Si on veut comparer, c’est comme passer du quatuor à cordes au symphonique : non seulement il faut poser les lignes mélodiques, mais en plus, orchestrer des dizaines de voix, de tons, de temporalités… « , confie-t-elle au chroniqueur du Monde. Au contraire, pour Le vertige, récit autobiographique, « l’opulence » ne serait que « tricherie » car elle ne permettrait pas « de rendre avec précision la douleur ».

• Quant aux éditeurs, ils disent se retrouver pris entre plusieurs feux. D’un côté, des auteurs, qui demandent de l’espace pour installer leurs personnages et leurs intrigues. De l’autre, les critiques et les membres des jurys littéraires qui  ne sont pas les derniers à se plaindre et à leur reprocher « de publier des livres trop gros ». Un reproche que les éditeurs relativisent en rappelant que « le gros roman a toujours existé » et en citant l’exemple de Flaubert, avec L’éducation sentimentale dont la toute première édition, en 1869, avait nécessité 700 pages.

contributor_5055_195x320
Jean-Marie Laclavetine

• En fait, cette « surcharge pondérale » romanesque, si elle est « avérée et pas seulement fantasmée » serait plus répandue chez les aspirants écrivains, si l’on en croit Jean-Marie Laclavetine qui œuvre pour Gallimard. Selon   ce dernier, qui est aussi écrivain,  elle s’expliquerait par le passage de la plume au numérique : «  Lorsque nous écrivions à la main, la phrase qui arrivait sur le papier était longuement méditée, mûrie, pour éviter l’accumulation de ratures qui finissaient par rendre la page illisible. Cette crainte a disparu, on écrit dans l’instant, dans la fluidité du défilement numérique et du copier – coller, on accompagne la fuite du temps qui est de plus en plus rapide, et le texte ne nous apparaît plus dans sa dimension sacrée ». Donc pour faire court, choisir la plume plutôt que le clavier…

SUR LES PAS D’ALBERT LONDRES, GRAND PRIX ALLEN 2017

téléchargement (2)• Les prix Allen 2017 ont été remis le 7 octobre, sous la présidence de leur fondateur, Jean Cluzel, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à la chapelle de l’Hôtel de Paris. Parmi les 6 lauréats, figure l’association Sur les pas d’Albert Londres. Fondée en 2012 par Jean-Claude Mairal, en partenariat avec le Pays de Vichy – Auvergne, elle a été couronnée par le grand prix Allen. Ceux qui marchent sur les traces du “prince des reporters” sont des étudiants et de jeunes Bourbonnais.

téléchargement
Jean-Claude Mairal

• Chaque été, pendant deux semaines, ils peuvent partir en reportage à l’étranger, et particulièrement dans les pays et régions d’Europe où Albert Londres a beaucoup bourlingué, entre Balkans, Bosnie-Herzégovine et Macédoine. Jean Claude Mairal a rappelé que l’association qu’il préside est au service des jeunes : « Ces itinérances se sont étoffées de projets culturels et partenariaux en direction de le jeunesse pour valoriser notre département et nos territoires. Le but est aussi d’ouvrir les jeunes à l’Europe, à la francophonie et au monde en éveillant leur curiosité, un esprit d’aventure ».

3437430
Les lauréats des prix Allen 2017, autour de jean Cluzel

• Les lauréats des autres prix Allen sont Jean-Jacques et Nicole Richard (Ciné Bocage et festival Jean Carmet), Roger Volat (Photosynthèse et festival européen de la photographie nature), Gilles Charmat (association de sauvegarde de la chapelle de Briailles) Yasmine Laib-Renard (directrice des musées départementaux), ainsi que Christiane Halté (Association d’entraide et d’insertion Pénélope)

EN BREF…

• Le 27 septembre 2017, à Bourbon-Lancy, salle Pingré a eu lieu l’inauguration de l’exposition « Femmes de lettres au masculin« , consacrée à Pierre Perrault, Georges Nigremont, Pierre Besbre et Georges Louza, quatre femmes de lettres qui s’abritaient derrière un pseudonyme masculin. Cette exposition avait été présentée précédemment à Saint-Georges-de-Nigremont (23), dans la salle d’exposition de la mairie, du 20 juin au 17 septembre. 

◘ RETOUR SUR TROIS AUTEURS OUBLIÉS

Pretextes

• Dans le cadre de la manifestation « Les pieds dans l’eau » qui s’est tenue  à Jaligny le 7 octobre, l’association  Pré-textes  a présenté  les  trois rééditions « d’auteurs bourbonnais oubliés » qu’elle a réalisées: Petite ville d’Harry Alix, La haine maternelle de Simone de Tervagne et Passage d’Angéline d’Albert Fleury.

◘ ÉMILE GUILLAUMIN ET CHARLES-LOUIS PHILIPPE À L’HONNEUR

Cheminements

• Du 29 septembre au 1er octobre,  Cérilly, Ygrande et la forêt de Tronçais ont été  les trois pôles qu’avait choisis l’association  Cheminements Littéraires en Bourbonnais  pour y mettre à l’honneur les deux grandes plumes locales, Charles-Louis Philippe et Émile Guillaumin. Un spectacle théâtral du Petit Bastringue à Cérilly autour de la correspondance entre le “Sage d’ygrande” et Philippe (“Il faut bien vivre”), et une conférence sur Émile Guillaumin et une visite du musée éponyme,  ont  ponctué les deux premières journées.  Le dimanche 1er octobre, dans le cadre de la forêt de Tronçais, la journée a  débuté par une Lecture sous les arbres, accompagnée musicalement par Maxou – Jean François Heintzen, prolongée par un « repas croquignolesque » et une invitation à emboîter les pas de Philippe dans « La petite ville« .

DU CÔTÉ DES ÉDITEURS

◘ UNE PETITE MISE À JOUR QUI S’IMPOSE…

Sans titre a

• Sur le site du Conseil départemental, à la rubrique Livres – L’édition en Allier, sont mentionnées 6 maisons d’édition : Bleu Autour, Aedis, Zuma Créations, PHR éditions, ainsi que les Cahiers Bourbonnais et Des Figures et des lieux. Pour ces deux dernières, une mise à jour s’imposerait, puisque toutes les deux ont mis la clef sous la porte en 2016, la première au terme de pas moins de  60 ans d’existence et la seconde après 14 ans d’activités.

◘ JACQUES CHIRAC, LE NOUVEAU FILON ÉDITORIAL

Chirac de Borée

• Après le filon François Mitterrand, largement exploité par les éditeurs qui ont multiplié les publications d’ouvrages sur  lui  en 2016-2017, l’automne  sera marqué par l’ouverture d’un nouveau filon. Cette fois-ci, c’est Jacques Chirac qui en sera le thème. L’ancien président, dont on connaît bien les  attaches limousines, est dans un état de santé  très précaire et les éditeurs ont sans doute flairé  quelques  futurs bons coups éditoriaux, pour le jour où …  D’autant que le succès de Jacques et Jacqueline (éditions Robert Laffont), sorti en septembre 2016 et qui racontait sa liaison avec la journaliste d’origine bourbonnaise Jacqueline Chabridon, a confirmé l’intérêt du public pour la vie du « grand Jacques ».

Chirac• Premières à ouvrir le feu, les éditions du Cherche-Midi ont sorti, dès le 5 octobre,   Président, la nuit vient de tomberLe livre  met l’accent sur  le quoti­dien de Jacques Chirac. Le journaliste Arnaud Ardoin, après avoir  recueilli le témoi­gnage de Daniel Le Conte, un proche de longue date de l’ancien président français, y relate notam­ment les tensions avec Nico­­las Sarkozy, sa rela­­tion avec sa femme Berna­­dette, la prépa­­ra­­tion de ses rendez-vous, son rituel du soir. Il évoque aussi un autre  épisode tenu secret jusque là, celui de son hospi­ta­li­sa­tion en urgence. Si de nombreux mystères sur sa vie ont d’ores et déjà été dévoi­lés, Jacques Chirac conti­nue donc d’exer­cer un pouvoir d’attrac­tion sur ses compa­triotes: « C’est comme le tombeau d’un pharaon, il y a toujours des pièces secrètes » explique Arnaud Ardoin dans son livre.

• Tiré dès le départ à 25 000 exemplaire, l’ouvrage a bénéficié d’une très large couverture médiatique, notamment dans Paris Match, ce qui n’a pas manqué de susciter la réprobation de la famille de l’ancien président, sa fille Claude en tête. Le 19 octobre, les éditions de la Martinière ont programmé la publication  de Les coulisses d’un destin, signé par la journaliste Laurence Masurel et illustré par des photographies d’Éric Lefeuvre.  Dans Jacques Chirac, une vie pour la France (éditions Tallandier), préfacé par Alain Juppé et  annoncé pour le 2 novembre,  on pourra retrouver de nombreux clichés de Christian Boyer. Ils feront face à une série de témoignages  de personnalité, parmi lesquelles figurent Nicolas Hulot, David Douillet ou Charles Aznavour.

CHIRAC COULISSES DESTIN• Le 15 novembre, Un anthropologue nommé Chirac (éditions de l’Archipel) rejoindra les rayons des librairies. Son auteur, Alain Nicolas, brosse le portrait d’un président, qui  loin d’être l’inculte et  le  “tâteur de culs de vaches ” qu’on a souvent caricaturé, était  un passionné en même temps qu’un fin  connaisseur des Arts premiers. D’autres titres devraient suivre au fil des semaines:  Chirac, Assad et les autres de Manon-Nour Tannous (18 octobre,  éditions PUF),  et Jacques Chirac a dit, de Laurent Pfaadt (27 décembre, éditions Maza­rine). 9791021029774Une abondance de titres qui n’étonne guère Jean-Louis Debré, ancien président de l’assemblée nationale et du conseil constitutionnel, très proche de l’ancien président : selon lui, “Chirac suscite aujourd’­hui un regard nostal­gique, parce qu’il incarne une époque où il y avait encore des héros politiques. Les Français lui savent gré de les avoir aimés, même si tous les Français ne l’ai­maient pas ».

• Rappelons que les éditions clermontoises de Borée avaient publié, dès l’automne dernier,  Jacques Chirac. Instantané(s) un album de photos prises par Christian Vioujard : “ Du plateau de Millevaches au reste du monde, de l’Hôtel de Ville de Paris au Palais de l’Elysée en passant par l’Hôtel Matignon et les nombreuses campagnes électorales en Corrèze, (les photos) soulignent le regard tour à tour tendre, complice, drôle et, souvent, inattendu de Christian Vioujard ».

DU CÔTÉ DES LIBRAIRES

◘ UN CLIC … POUR ACCÉDER À 700 LIBRAIRIES INDÉPENDANTES ET À 4 MILLIONS DE TITRES…SANS PASSER PAR LA CASE AMAZONE

 ZZZZ

Librairies_Web_730x200_Emballes_161202

• Lors des 4èmes  Rencontres nationales de la librairie, qui se sont déroulées en juin, à La Rochelle, le syndicat de la librairie française a officialisé le lancement du portail librairiesindependantes.com. Il fédère 700 librairies réparties sur tout le territoire et il donne accès sur un seul site à l’ensemble de leurs stocks, soit près de 4 millions de livres disponibles. De quoi contrer la concurrence du site Amazone et offrir au lecteurs un moyen simple et rapide de trouver l’ouvrage qu’il recherche, dans une librairie indépendante, tout en aidant le réseau des libraires de proximité à se maintenir…Le tout en accédant à un moteur de recherche unique. Après avoir tapé le titre de l’ouvrage ou le nom de l’auteur, on accède à l’ensemble des librairies adhérentes qui proposent l’ouvrage, soit en stock, soit sur commande. Seuls les libraires indépendants sont mentionnés, les chaînes telles que la Fnac, Cultura ou encore les espaces culturels  Leclerc n’y figurant pas, puisque non membre du syndicat SLF.  On peut ensuite sélectionner les librairies les plus proches et passer commande immédiatement, avec un système de paiement sécurisé.

Librairies_Web_730x200_Racine_161202

• Pour Matthieu de Montchalin, le président du Syndicat de la librairie française,  « Le premier enjeu, c’était de fédérer tous les portails de spécialité ou les portails régionaux, et nous en faisons apparaître 15 sur 15 ». Le portail n’est pas pour autant figé : « Si un portail se crée demain, l’objectif est qu’il rejoigne celui des librairies indépendantes. Nous sommes en discussion avec Canal BD, le portail de l’ALEF, les libraires du mieux-être et de l’ésotérisme, et ceux du groupement Initiales vont intégrer celui des librairies indépendantes. Si un portail spécialisé ou régional se crée, il est bien sûr le bienvenu », précise Thomas Le Bras qui supervise le projet.  Dernière information : le portail du SLF, qui se  veut « totalement neutre » ne collecte aucune donnée et ne constitue aucun fichier client.

Librairies_Web_730x200_Genre_161202

DU CÔTÉ DES BIBLIOPHILES

 

◘ DÉCOUVRIR LE FONDS ANCIEN DE LA MÉDIATHÈQUE DE MONTLUÇON

587f93ce940eb
La médiathèque actuelle dans les locaux de l’espace Boris-Vian

• À l’occasion des Journées du patrimoine, la médiathèque de Montluçon a ouvert au public  son fonds précieux qui abrite environ 2 000 documents. Il est situé dans un coin des réserves générales, protégées par deux mortes fermées à clé. Parmi les ouvrages les plus anciens, on trouve un incunable, avec « vingt-quatre feuillets sur les us et coutumes du Bourbonnais », imprimés entre 1450 et 1500. Autre pièce rare, un « post-incunable » de 1501, tiré sur les presses de l’imprimerie Wolff à Paris. Le seul autre exemplaire connu est conservé  à la Bibliothèque Sainte-Geneviève. Parmi les autres pièces rares, on trouve les ouvrages de deux écrivains montluçonnais, Antoine Mizault (1520-1578) et Edmée Boursault (1638-1701). Le premier qui croyait « en l’importance des astres sur les maladies » a rédigé des ouvrages « métaphysico-thérapeutiques », tandis que le second, contemporain de La Fontaine,  était un dramaturge, peu avare de critiques contre Molière.

img029
L’immeuble Guilhomet qui a abrité  la Bibliothèque municipale entre 1930 et les années 1980, avant d’être rasé
180px-Matteocolombo
Antoine Mizault

 Le fonds s’est constitué au fil du temps, en 4 grandes étapes. La première remonte à la révolution de 1789, avec les confiscations opérées dans les quatre couvents de la ville (Ursulines, Bernardines, Capucins et Cordeliers). La deuxième se situe en 1901. Le conseil municipal de l’époque accepte de céder à l’État  des collections de livres anciens en échange de livres modernes traitant de l’hygiène, du civisme, de l’éducation ou encore de la métallurgie. Faute de listes, on ignore  quels titres se sont retrouvés sur les rayonnages de la Bibliothèque nationale ou de la Sorbonne.

220px-Edme_Boursault
Edmée Boursault

• La troisième étape, c’est entre 1940 et 1943 le don réalisé par Henri Guilhomet, bibliophile averti. Plus d’un millier de pièces rejoignent alors ce qui s’appelle encore bibliothèque municipale.  Des pièces de choix, avec leurs reliures réalisées par quelques-uns des grands noms de l’époque. L’histoire de la jungle de Kipling voisine avec Madame Bovary de Flaubert ou La bonne chanson de Verlaine. Ces pièces uniques et inestimables, forment un concentré du goût de Guilhomet pour « les romans, les partitions, l’art ». La quatrième et dernière étape, c’est le legs Lebienheureux, en 1997. Au décès d’Hélène Lebienheureux, qui avait pris la suite de son époux, disparu en 1973, à la tête de la librairie du Boulevard de Courtais, 314 documents ont rejoint le fonds ancien de la médiathèque. Ils constituent aujourd’hui l’essentiel du fonds bourbonnais qui a été créé en 2009.

 

◘ UN NOUVEAU LIBRAIRE D’ANCIEN À MONTLUÇON

img028

• Depuis le 16 septembre, les amateurs montluçonnais de livres anciens et d’occasion peuvent assouvir leur passion en se rendant au 5, rue des Cinq-Piliers, dans la vieille ville. C’est là qu’un jeune et dynamique libraire,  Alric Berton a ouvert la Librairie des Bourbons, riche de  10 000 références. . Jusqu’à présent, il n’était présent que sur le site de vente aux enchères Ebay. Contact : 06 26 76 38 42.

img030
© La Semaine de l’Allier (28 septembre 2017)

• Avis aux bibliophiles…Après Vichy en août et Lapalisse, les 9 et 10 septembre, le  Salon du livre ancien organisé par l’association LACME, se tiendra les 18 et 19 novembre à Souvigny, Espace Saint-Marc.

• Au dernier catalogue de la librairie Le feu follet,à Paris, étaient proposés deux ouvrages de Georges Sand:   Un hiver à Majorque  (Paris : H.Souverain, 1842. – 2 vol. : 1 800 €) et  La Mare au diable  (Paris : Desessart, 1846. – 2 vol. : 3 800 € – Édition originale

DU CÔTÉ DES MÉDIAS 

 ◘ TERRE SES BOURBONS 

 • Au sommaire du n° 7 (Septembre – octobre – novembre 2017): TDBBelles demeure en Bourbonnais : Le château de l’Augère : L’un des treize châteaux d’Agonges – Les audacieux : Guillaume Adeline, «  Les couleurs de l’Afrique » découvrir le Burkina-Faso à moto —  Vert l’avenir en Bourbonnais : Écosystème: Les habitants du vieux poirier – Plaidoyer pour les fruitiers bourbonnais — Curiosité en Bourbonnais : Chasse au vol – Saint Baldéric – Une passion bourbonnaise du coté d’Hérisson – Les bonnes fourchettes du Bourbonnais : La Brasserie du Casino à Vichy – Parfait glacé à la pastille de Vichy – Filet de rascasse et artichauts violets en barigoule – DOSSIER :  Nous et le monde : Noyant-d’Allier – Insolite village de France – Le musée de la mine – La pagode – Le petit d’Asie – Initiatives en Bourbonnais : Spéciale sortie du film  “ Sologne bourbonnaise par Nature ” – Sport et Bien-être en Bourbonnais : Le triathlon une discipline complète –  L’iron man de Vichy – Trimay club de l’agglomération moulinoise – Le « Tri » de Bourbon-l’Achambault. – NOUVEAUTÉ – Notre histoire en Bourbonnais : L’affaire du Connétable – Charles III de Bourbon – Quelle culture en Bourbonnais : La Biennale des illustrateurs à MOULINS  – Pays d’Huriel, Sur les pas des maîtres sonneurs. – La liste de nos envies en Bourbonnais : à voir, à faire…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s