EXPOSITION: “RETOUR AUX CHAMPS”… À DÉCOUVRIR EN AVRIL À L’HISTORIAL DU PAYSAN SOLDAT

 MISE À JOUR: 5 FÉVRIER 2018

contact: allier-infos@sfr.fr

Z HISTORIAL LOGO

L’Historial du paysan soldat (03140 Fleuriel)  labellisé Mission Centenaire, continue de mettre en lumière l’implication du monde rural pendant la Grande Guerre. En conjuguant histoire nationale et histoire locale, vie à l’arrière et vie au front, le musée propose chaque année une exposition temporaire dont l’approche se veut toujours originale et innovante. En 2017, l’exposition “Vive le pinard ! Produire et boire du vin pendant la Grande Guerre” a ainsi obtenu un vif succès auprès du grand public et du monde scientifique. Elle a permis aux visiteurs  de réaliser l’importance qu’ont pu avoir le vin et l’alcool dans le conflit.

Z expo historial

UN SIÈCLE APRÈS LE “RETOUR AUX CHAMPS

• En 2018, année du centenaire de la fin du conflit, l’historial a choisi de se pencher sur un aspect encore peu exploré: la difficile remise en culture des champs de bataille. Intitulée “Retour aux champs. Remettre en culture les champs de bataille de la Grande Guerre”, elle sera visible durant 18 mois, du 14 avril 2018 jusqu’au 14 octobre 2019.  Thème central: les difficultés des agriculteurs pour reprendre leurs activités après le conflit, sur des territoires dévastés par les combats et dont le travail de nettoyage va nécessiter plusieurs décennies. L’exposition, après avoir  abordé tous les aspects de la reconstitution agricole,  s’intéressera également au  présent, avec les  traces encore visibles ou masquées  du conflit, sur des terres toujours marquées par ces stigmates. Ce sera aussi l’occasion de traiter un autre sujet  moins connu: bien que l’Auvergne ait été éloignée des champs de batailles, elle n’en a pas moins été  concernée par certains de ces aspects, notamment par la destruction des munitions qui a pu être réalisée sur  son territoire.

 TROIS MILLIONS D’ HECTARES DÉVASTÉS

053_Yser_17aout17
L’Yser en 1917

• Pendant plus de quatre ans, les soldats se sont battus sur une même zone géographique où plus d’un milliard d’obus ont été  tirés et où des millions d’êtres humains, soldats mais aussi civils,  ont trouvé la mort. À la fin de la guerre, trois millions d’hectares de terre sont touchés et se retrouvent le plus souvent impropres à la culture. Une fois le conflit terminé, la population va donc devoir tenter de se réapproprier ces terres dont la plupart étaient vouées à l’agriculture avant 1914 et qui,  pour certaines sont  totalement meurtries, une fois la paix retrouvée.

LA CRÉATION PAR L’ÉTAT

D’UNE “ZONE ROUGE” NON CULTIVABLE

1280px-Red_Zone_Map-fr.svg

• Si certaines des terres situées dans les zones de combat ont pu être restituées rapidement aux agriculteurs, d’autres vont poser de sérieux problèmes : les secteurs les plus exposés aux attaques et aux contre attaques qui s’y sont succédé, recèlent des dizaines de milliers de cadavres et des quantités énormes de munitions non explosées. Considérant qu’une remise en culture excéderait la valeur des terrains, l’État décide alors de racheter cette « zone rouge » pour la neutraliser. Dans le département de la Meuse, elle s’étend sur 19 571 hectares, répartis sur 46 communes, dans lesquelles un grand nombre d’habitants se retrouvent contraints de quitter le territoire.

UNE LONGUE ET DIFFICILE

RECONSTITUTION DES TERRES

Dump_of_18_pounder_shell_cases
Des milliers de tonnes d’obus exhumés et neutralisés

• Un travail de reconstitution des terres est mis en œuvre. Si certaines peuvent retrouver  leur fonction agricole, d’autres deviennent des lieux de mémoire ou des espaces bientôt recouverts par les forêts. Les travaux immenses à réaliser, se révèlent  coûteux pour les paysans qui doivent tout reconstruire. Pour surmonter ces difficultés de tous ordres, de nombreux dispositifs sont mis en place, afin d’aider la population rurale : aux  indemnités de reconstruction et aux  prêts de matériels, vient s’ajouter  l’utilisation de la main d’oeuvre que constituent provisoirement les  prisonniers de guerre. Malgré ce déploiement de moyens, il faudra pourtant attendre les années 1930 pour que les régions dévastées par la guerre puissent commencer à se relever.

UNE TÂCHE ENCORE INACHEVÉE,

UN SIÈCLE PLUS TARD

téléchargement
Des stigmates toujours visibles, un siècle plus tard

• 100 ans après, ce travail de reconstitution n’est toujours pas achevé et les conséquences de la Grande Guerre se font de plus en plus sentir sur l’environnement. De nombreuses munitions sont encore exhumées quotidiennement sur les terrains agricoles. Fragilisées par le temps, elles causent accidents et pollution des sols. Les scientifiques s’inquiètent de cet “héritage toxique”, enfoui ou détruit hâtivement dans les années 1920. De quoi propager aujourd’hui encore métaux lourds, arsenic, perchlorate et autres composants particulièrement  polluants, dans les sols et les nappes phréatiques. Le travail de déminage, lui non plus  n’est toujours pas terminé et la Grande Guerre, malgré le siècle qui nous en sépare,  n’a toujours pas fini de laisser des traces…

VERDUN Forêt (2)
La région de Verdun, aujourd’hui

expo-banques dans la Grande Guerre02

UNE PROGRAMMATION RICHE ET VARIÉE

AUTOUR DE L’EXPOSITION

• Présentée du 14 avril 2018 au 14 octobre 2019, l’exposition  sera accompagnée  au fil de ces 18 mois d’une programmation riche et variée, avec des projections, des rencontres, des débats et bien d’autres manifestations. Gage de son sérieux, l’historial a fait appel pour sa réalisation à Daniel Hubé, comme conseiller scientifique. Il est Ingénieur environnementaliste au sein du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), établissement public de référence qui gère les ressources et les risques du sol et du sous-sol. Daniel Hubé est l’auteur de « Sur les traces d’un secret enfoui. Enquête sur l’héritage toxique de la Grande Guerre » publié par les éditions Michalon.

Z HISTORIAL

Informations et contact 

 Historial du paysan soldat, 1 route du Vallon, 03140 Fleuriel

Tél : 04.70.90.22.45   mail : accueil.historialfleuriel@orange.fr

SAVOIR PLUS…

LE DÉMINAGE DES CHAMPS DE BATAILLE…

UN SIÈCLE APRÈS LES COMBATS

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s