HISTOIRE, PATRIMOINE, ASSOCIATIONS CULTURELLES, ARTS: N° 14 (JUILLET – AOÛT 2018)

MISE À JOUR: 31 JUILLET 2018           

Cette rubrique qui couvre la période de  juillet – août  2018, fera l’objet de mises à jour régulières jusqu’au 31 août. N’hésitez donc pas à y revenir régulièrement…et/ou à nous faire part de vos informations.

contacts: allier-infos@sfr.fr

 

 PANORAMA DES EXPOSITIONS

 

BIBENDUM :

120 ANS  ET 120 DOCUMENTSlaventure-michelin-1

 UNE EXPOSITION À L’AVENTURE MICHELIN

O'Galop 1867-1946
O’Galop (1867-1946)

• Né en juin 1898, sous le crayon du dessinateur Marius Rossillon, alias O’Galop, Bibendum, l’emblème de Michelin,  est aujourd’hui connu et reconnu sur toute la planète. C’est toutefois à Lyon, en 1894, sur un stand de l’exposition universelle et coloniale, que son histoire a commencé, lorsque, apercevant une pile de pneus de tailles différentes, Edouard Michelin a fait remarquer à son frère  André que “avec des bras, cela ferait un bonhomme”.  Pour marquer les 120 ans du personnage et parcourir sa longue histoire, l’Aventure Michelin, à Clermont-Ferrand, propose depuis le   27 juin une exposition temporaire  à découvrir jusqu’au 31 décembre 2018.

O'Galop_-_Nunc_est_Bibendum• Parmi les reproductions de Bibendum conservées dans le fonds d’archives de l’entreprise, 120  ont été  sélectionnées. Une tâche difficile et une véritable prouesse quand on sait que ce fonds est riche de plusieurs milliers de documents. Une fois la sélection réalisée, les concepteurs de l’exposition ont cherché à réaliser une véritable mise en scène multiforme, pour marquer chacune des étapes de l’aventure. Dès le début du parcours, la toute première illustration du personnage s’attache à  rappeler l’origine du nom : Bibendum, est accompagné de la locution latine “ Nunc est bibendum”, signifiant  “C’est le moment de boire”.

O'Galop_-_Semelle_Michelin• En prélude, on peut même voir Bibendum grimpant aux arbres sur le parking, tandis qu’un autre se retrouve suspendu à l’avion qui survole le hall d’entrée. Une fois à l’intérieur de l’Aventure Michelin, le visiteur est accompagné par Bib en famille. Les enfants de 3 à 7 ans et ceux de 8 à 12 ans se voient ainsi  offrir un carnet d’enquêteur ou d’exploration, avec énigmes à résoudre. De leur côté,  les plus grands disposeront d’un carnet illustré des plus belles pièces. On pourra y voir Bibendum en  version super héros ou Nostradamus, et même un Bibendum “just married”. Ce dernier rappelle le mariage de l’acier et du textile, apparu dans la fabrication du pneu au début des années 1950. Rien d’étonnant pour Stéphane Nicolas, responsable du patrimoine historique qui rappelle que “Depuis toujours, Bib a permis d’illustrer de façon simple des innovations technologiques complexes”.  Les innovations sociales sont aussi de mise avec une mini maison Michelin dans laquelle, derrière chaque porte, se trouve un Bibendum….

s1-l-aventure-michelin-a-ouvert-ses-portes-4575_0

Infos pratiques :  L’exposition est visible à L’Aventure Michelin (32 rue du Clos-Four, à Clermont-Ferrand), jusqu’au 31 décembre 2018, de 10 heures à 18 heures et jusqu’à 19 heures en juillet et août. Des nocturnes animées par la troupe de théâtre Elixir sont programmées  les 17, 24, 31 juillet et 7, 14, 21 août. Elles permettront de découvrir d’autres personnages qui ont marqué l’histoire de Michelin, dont Elisabeth Pug-Barker, à l’origine de l’utilisation de caoutchouc dans l’industrie manufacturière clermontoise, ou encore  Charles Terront, cycliste qui a remporté la course Paris-Brest en 1891 avec le premier pneu démontable Michelin… Sans oublier bien sûr O’Galop, l’artiste créateur du Bibendum.

 

• ARCHÉOBUREAU À MAGNET

banniere-electrodrome-513

AU TEMPS DE LA MACHINE À ÉCRIRE,

ET DU  DICTAPHONE

• À Magnet, l’Électrodrome propose depuis le 1er mai 2018 une nouvelle exposition intitulée  Archéobureau. Il s’agit du tout premier volet de la nouvelle thématique d’expositions annuelles baptisée Archéo.  Elle dévoile un assortiment de matériels employés dans les bureaux sur une période qui couvre  tout le XXe siècle. Une époque marquée par de nombreux changements économiques et culturels qui ont considérablement affecté la vie quotidienne des employés des entreprises et des administrations.

3904968

• C’est l’occasion de (re)découvrir d’étranges objets “anachroniques” disparus avec l’ère numérique, tels  que des machines à écrire ou  à calculer, des machines comptables ou à facturer, sans oublier un des tout  premiers dictaphones. La téléphonie, qui personnifie aussi l’équipement de bureau après les années 1950, a bien évidemment toute sa place dans cette exposition. C’est aussi l’occasion de retrouver “un éventail de plusieurs familles de mécanismes avec leurs diversités dans les progressions techniques”, qu’ils soient mécaniques, avec la force de la frappe.

Infos pratiques: L’exposition est visible jusqu’au 11 novembre 2018 dans les locaux de l’Électrodrome (11 rue du Bourg – 03260 Magnet), les samedis, dimanches et jours fériés, de 14 h 00 à 18 h 00.

D’autres expositions sont toujours en cours. On peut les retrouver sur Vu du Bourbonnais

PATRIMOINE

018_001

• UNE NOUVELLE TENTATIVE DE SAUVETAGE

 AU CHÂTEAU DE LÉVIS

 Du  château de Lévis, à Lurcy-Lévis, il avait déjà été question dans un précédent article  publié en janvier dernier sur ce site. Le bâtiment emblématique, qui se retrouve quasiment à l’abandon depuis une quinzaine d’années, a  déjà fait l’objet de trois tentatives de sauvetage, en  deux ans, dont celle d’Adopte un château, pour lui redonner vie. Le tout sans succès : “L’impression même d’une comptine enfantine,  trois petits tours et puis s’en vont!”, peut-on lire dans La Montagne (8 juillet). Aucune des projets de sauvetage n’ayant donc pu aboutir, son propriétaire, Jean de Menton a  décidé de faire appel  à une société parisienne pour tenter de redonner vie au monument.

21231315_114121875973262_7081152692404595256_n• Cette fois-ci, le sort du château a été confié à Hephata, plateforme d’accompagnement en financement des monuments d’exception. La société implantée à Paris est  codirigée par Charlotte Le Grelle et Séverin des Mazery. Tous les deux diplômés de l’ESCP, ils ont fondé, en 2017, cette start-up qui est actuellement hébergée par l’incubateur de l’école de commerce parisienne. Quant au nom de  Hephata, il signifie “Ouvre-toi! ” en araméen.

• Séverin des Mazery considère qu’il faut “ sortir le patrimoine de la seule économie du don, en imaginant  d’autres modèles afin de générer d’autres revenus”. Concrètement, Hephata vise un double objectif : d’abord proposer un catalogue des aides financières possibles mais aussi mettre en relation les éventuels  mécènes et les  propriétaires privés de patrimoine. Des objectifs et une logique  dans lesquels le château de Lévis s’inscrit pleinement. C’est ce qui a finalement  poussé Jean de Menton, le propriétaire sollicité par Hephata, à donner  son accord, au printemps.

517_001

• Dans un premier temps, il s’agit de redonner vie au site en imaginant des activités annexes dans les communs. Une première étape en guise d’amorçage qui pourrait ensuite déboucher sur d’autres plus conséquentes, l’objectif final étant d’assurer le sauvetage du monument.

• Un “appel à idées” a été lancé et quelque  300 entreprises ou structures susceptibles de développer une activité sur le site ont été démarchées. Selon les responsable d’Hephata, nombre d’entre elles se seraient déclarées intéressées. Au final quatre projets ont été jugés intéressants: deux dossiers gravitent autour de l’activité équestre, tandis qu’un autre  est axé sur un lieu d’exposition pour les artistes. Le  dernier est dédié au monde de l’antiquité. Une visite organisée le 6 juillet a permis à chacun des porteurs de projet de découvrir le site historique. L‘étape suivant sera “ l’appel à projets ferme”, prévu pour la fin juillet. Ceux qui semblent intéressants seront ensuite présentés au propriétaire du site pour une prise de décision finale qui pourrait intervenir à la rentrée, selon Séverin des Mazery.

 

• RESTAURATION DE L’ÉGLISE SAINT-POURÇAIN

À LOUCHY-MONTFAND

• Afin d’officialiser une campagne de mécénat populaire ayant pour objectif de recueillir des fonds destinés à la restauration de l’église Saint-Pourçain, à Louchy-Montfand, une convention a été signée entre l’Association Saint-Roch représentée par son président Claude Pothier, le maire Pierre Bidet et la Fondation du patrimoine, représentée par Patrice Branlard. Les travaux concernés par cette souscription porteront sur  la restauration de la chapelle nord (couverture et zinguerie) qui abrite le tombeau du Chevalier de Mombrun.

972_001
L’église Saint-Pourçain, avant 1914

• L’église Saint-Pourçain  appartenait au diocèse de Clermont et dépendait du prieur de Saint-Pourçain-sur-Sioule.  Selon la tradition, elle aurait été dédiée à saint Pourçain en souvenir de Porcianus enfant du village qui, à la fin du Vè siècle, en tant qu’esclave de Mangulfus, gardait ses cochons. La légende veut qu’il ait été remarqué par le futur saint Protais qui était  alors Abbé du monastère voisin de Mirandense à Saint-Pourçain-sur-Sioule. Il suivit ses conseils pour guérir la soudaine cécité de son maître, ce qui lui valut d’être affranchi par celui-ci. Devenu moine, il se consacra à répandre la parole divine et à protéger ses concitoyens des envahisseurs. C’est ainsi qu’il défendit l’Auvergne des ravages provoqués par Thierry, fils de Clovis, avant de mourir vers 532.

77249-q4l7coa3bh-whr
L’église, aujourd’hui (© Fondation du Patrimoine)

• La nef composée de deux travées est séparée de l’abside par un transept saillant.  L’édifice roman a été transformé à la période gothique. L’abside a été remaniée au XIVe siècle et couverte d’une voûte d’ogives. C’est à cette époque qu’a été érigé le clocher octogonalDes peintures murales médiévales ont été mises à jour en 2004 et elles ont été restaurées.  L’accès à l’édifice se fait par un caquetoire du XVIe siècle, porche dont le toit est soutenu par des piliers de bois reposant sur une maçonnerie.

EN BREF …

téléchargement
© Concordia

• Du 11 juillet au 1er août, dans le cadre d’un chantier international, douze jeunes volontaires   se sont affairés à la reconstruction de la partie détruite de l’ancien mur d’enceinte qui domine le lavoir triangulaire de Le Brethon. Ils étaient encadrés par deux animateurs de l’association Concordia et par un maçon, ce qui leur a permis de découvrir les techniques de maçonnerie traditionnelle à la chaux et de remontage d’un mur en pierre. Comme pour chaque chantier, des portes ouvertes ont été organisées afin de permettre aux habitants de rencontrer les bénévoles et d’en savoir plus  sur le fonctionnement des chantiers internationaux.

• La chapelle de l’actuel collège Saint-Joseph/Lycée Saint-Pierre à Cusset a été construite par les architectes Moreau père et fils, avant d’être consacrée, le 13 juin 1887, par l’évêque de Moulins Mgr de Dreux-Brézé.  Une plaque rappelant ces travaux a été dévoilée dans une chapelle latérale, après la messe de fin d ‘année scolaire.

• Au Donjon, a été créée l’association Patrimoine donjonnais  afin de défendre et valoriser le patrimoine architectural et historique du bourg. Du 2 au 17 juin, elle a organisé à la Maison du patrimoine une exposition intitulée Le Donjon historique et architectural (documents, dessins et aquarelles).

31925130_180029619317101_7696480265132048384_n
La semaine de l’Allier (3 mai 2018)

 

ARCHÉOLOGIE

• UN REMPART GAULOIS MIS AU JOUR À CHÂTEAUMEILLANT

chantier-des-fouilles-1-380x254• En juin et juillet, sous la direction de Sophie Krausz, archéologue et maître de Conférences à l’université de Bordeaux,  une équipe d’archéologues a conduit une importante campagne de fouilles, à Châteaumeillant (Cher). Elle a permis de mettre au jour le rempart défensif de la cité, construit vers 50 av-JC., au moment de la guerre des Gaules, Il s’agit de la plus grande fortification gauloise et la région Centre, dans un très bel état de conservation. Elle affiche une  hauteur qui peut atteindre 10 m, et elle court sur une longueur de 600 m. L’ensemble était protégé par un fossé de 45 m de largeur, ce qui en fait un système de défense exceptionnel.  Compte tenu de la complexité de la construction en terre et à vocation uniquement militaire, Sophie Krausz considère que  “ce sont forcément des intellectuels, des ingénieurs qui ont dirigé les opérations”.

• À cette découverte, est venue s’ajouter la présence d’un second rempart, à l’intérieur du premier et qui daterait de 100 av-JC. Il s’agit d’un mur gaulois ou murus gallicus qui entourait la ville. Il a été bâti en terre avec des poutres en bois croisées à l’intérieur. Ce murus, probablement long de 2,5 km, haut de 4 m et large de 6 m, devait ainsi  entourer les 25 ha occupés par l’oppidum. Depuis  le XIXè siècle, le site de Châteaumeillant a été l’objet de plusieurs campagnes de fouilles, les premières, conduites par Émile Chenon remontant aux années  1880. Le relais a été pris ensuite par  Émile Hugoniot à qui l’on doit les premières grandes découvertes, dont celles d’amphores. En 1972, une cave  contenant  près de 80 pièces complètes a été mise au jour. Une découverte d’autant plus exceptionnelle que ces amphores renfermait du vin venu d’Italie.

• Au fil du temps,  les fouilles se sont déplacées, quittant le cœur de ville pour gagner les 6 ha de la réserves archéologique, au sud de la cité. Outre les dizaines de nouvelles amphores découvertes depuis,  les fouilles conduites en 2012 ont  été particulièrement fructueuses, avec 6 000 objets exhumés, datant du milieu du IIIè siècle ap-JC.  Dans le lot, figuraient un ensemble de pièces d’orfèvrerie, dont un lion en bronze massif.

  • À LA DÉCOUVERTE DES COFFRES FUNÉRAIRES

GALLO-ROMAINS

maison-archeologique-combraille__600x450• À Voingt (Puy-de-Dôme), la Maison archéologique des Combrailles propose jusqu’au 30 septembre 2018 une nouvelle  exposition temporaire sur les coffres funéraires gallo-romains. À cette époque,  la crémation étant la pratique funéraire la plus courante, les restes du défunt étaient souvent rassemblés dans une urne en céramique ou en verre. Celle-ci était protégée par un coffre en pierre, composé d’une base et d’un couvercle, emboîtés au moyen d’un système de fermeture plus ou moins complexe. L’exposition en présente cinq exemplaires, accompagnés de panneaux explicatifs. Ils ont été  conçus par Pierre Ganne, animateur du musée, et par Michaël Tournadre, qui doit sa vocation  à la découverte d’un coffre faite jadis  par son grand-père, à Bromont-Lamothe. Jusqu’au vendredi 31 août, l’exposition est visible  tous les jours, sauf le lundi, de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 heures à 18 heures.  Du samedi 1er au dimanche 30 septembre, elle sera visible également tous les jours, sauf le lundi et le jeudi, de 14 h 00 à 18 h 00.

 

• UNE DENT DE LION DES CAVERNES

15642737lpw-15643694-article-lion-des-cavernes-jpg_5388969_660x281

EXHUMÉE À ENVAL

• À Enval,  près de Vic-le-Comte, sur un site fouillé depuis deux ans, les archéologues ont découvert une dent de lion des cavernes datant d’il y a 16 000 ans.téléchargement Cousin lointain de son homologue africain et contemporain, ce carnivore qui pouvait atteindre 300 kg chez les mâles a totalement disparu à la fin de la dernière glaciation, il y a environ 10.000 ans Ce félin vivait sur des plaines glacées, des steppes froides, comme les mammouths ou les rennes, qui étaient ses proies. Selon Frédéric Surmely, s’il n’est  pas étonnant de le retrouver en Auvergne, “ça l’est plus au niveau de la période. À cette époque, le réchauffement climatique était déjà amorcé et  le lion des cavernes était sur le déclin”.  C’est la toute première découverte de ce type faite en région Auvergne. Il reste à savoir comment l’animal a pu se retrouver dans cette nappe de vestiges préhistoriques, au fond d’un abri-sous-roche. Il se peut qu’il ait été  chassé par les hommes préhistoriques, soit  pour sa peau, soit pour le prestige ou tout simplement pour se défendre.

• TROISIÈME CAMPAGNE DE FOUILLES

PLACE VICTOR-HUGO, À CUSSET

897_001

• Le Service d’archéologie préventive de l’Allier (Sapda) effectue des fouilles sur le place Victor  Hugo à Cusset jusqu’au 21 septembre 2018, sous la responsabilité de Frank Chaléat. Il s’agit de la 3ème campagne de  fouille depuis 1992. Trois  restes d’églises ont été mis à jour : Saint-Sauveur, Saint-Saturnin, Notre-Dame.  Des travaux récents ont permis de découvrir une occupation plus ancienne (vers 200-150 avant J.-C.)  Des visites sont programmées chaque mercredi durant l’été. Le 17 juillet une conférence a été donnée sur le thème Le site de la Couronne à Molles : une forteresse aristocratique des IV-VIIe siècles, dans la Montagne bourbonnaise.

 

ASSOCIATIONS ET SOCIÉTÉS LOCALES

• BOURBONNAIS

• LES AMIS DE PIERRE BRIZON

ET  LA MÉMOIRE DES “FUSILLÉS POUR L’EXEMPLE

9782848190129FS copie• L’association laïque  des Amis de Pierre-Brizon (1878-1923) et des monuments pacifistes et républicains de l’Allier a tenu son assemblée générale, le 23 juin,  à Franchesse, sous la présidence d’Olivier Mathieu. Parmi les personnalités présentes, figuraient notamment   Bernard Brizon, le petit-fils de Pierre Brizon, Jean-Paul Dufrègne, député de l’Allier,  ainsi que Pierre Roy, le représentant de la Fédération nationale laïque des monuments pacifistes. L’association poursuit la tâche qu’elle s’est imposée : militer pour la réhabilitation pleine et entière des Fusillés pour l’exemple durant la Première Guerre mondiale. Cinquante-neuf municipalités de l’Allier ont d’ailleurs  délibéré en faveur de cette réhabilitation pleine et entière. Sur ce qui était alors la ligne de front, à Chauny (Aisne), un monument national des Fusillés pour l’exemple sera inauguré le 8 avril 2019. Son financement a été assuré par des associations telles que celle des Amis de Pierre Brizon : “Nous réhabiliterons les Fusillés pour l’exemple à travers ce monument emblématique”, a insisté Olivier Mathieu, qui envisage d’entreprendre une démarche en préfecture.

ob_2687a7_ob-f162e1-rocles9novembre2013-013bande

• Il a également  rappelé que ”Ce combat contre la guerre (…) était celui de Pierre Brizon”. Ce dernier avait d’ailleurs écrit dans son journal  “ La Vague”, alors que l’on guerroyait encore aux confins de la Russie et au Moyen-Orient : “Nous voulons provoquer un très bel enterrement de la guerre”.

rocles-monument
Le monument aux morts de Rocles

• Le 10 janvier 1919, tandis que débutait la conférence de la paix à Paris, il n’hésitait pas à fustiger la  victoire : “Non, ne fêtons pas la victoire, écrivait-il. La victoire, c’est la guerre et la guerre, c’est la mort. On ne fête pas la mort de dix millions d’hommes”… Des propos qui faisaient écho à ceux qu’il avait tenus le 24 juin 1916, à la chambre des députés, en compagnie de deux autres parlementaires, Jean-Pierre Raffin-Dugens et Alexandre  Blanc, en refusant de voter les crédits de guerre : “ Avec la jeunesse dans la tombe, les meilleures générations sacrifiées, la civilisation en partie détruite, la fortune perdue, la désolation partout, la victoire serait-elle la victoire ? Il n’y aurait de victoire que si la guerre était morte à jamais”…

• Pour les Amis de Pierre Brizon, ce thème est bien toujours d’actualité, un siècle et nombre de  guerres plus tard. Le 22 septembre prochain, un rassemblement se tiendra donc à Vichy, devant la statue de la République, dans la ville même où  quatre-vingts parlementaires se sont opposés au vote des pleins pouvoirs au maréchal  Pétain, le 10 juillet 1940. Autre date annoncée : le 10 novembre sera organisé à Rocles le dixième rassemblement à la mémoire des Fusillés pour l’exemple. Enfin, en 2019, à Franchesse, l’association compte œuvrer sur le thème de “ la fin de la guerre

Contact : olivier.fm.mathieu@wanadoo.fr

 

Allier Généalogie

• Allier généalogie – Racines bourbonnaises (n° 122, juin 2018 ) :  Éditorial de la présidente –  Vie de l’association : le forum de Lavoine – Conférence de Jean-François Faye à propos de  7 femmes qui ont influencé le destin de nos contrées Image_couverture122 allier généalogie– Jean Epinat d’Arfeuilles à Casablanca : le parcours d’un homme d’affaires hors pair (Aline Berna) – L’œil de Moscou sur les bords de l’Allier en 1941 : Aleksandr Efremovitch Bogomolov (1900-1969), ambassadeur d’U.R.S.S. en France, à Vichy de mars à  juin 1941, ou  du Maréchal au Général (Maurice Sarazin) – Une naissance mystérieuse à Bourbon-l’Archambault en 1816 : Talleyrand serait-il le père ? (Aline Berna) – Antoine Tissier militaire du 8//8/1916 au 10/12/1918 (Guy Tissier) – Un 220ème  anniversaire : la mort, à Londres, en 1798, d’Ange François de Talaru de Chalmazel, évêque de Coutances, né à Abrest en 1727 : sa famille, aux XVIIIe et XIXe siècles (Maurice  Sarazin) – Monseigneur Victor Martin, un enfant de Saint-Clément (Aline Berna) – Le crime de Charroux (d’après le Petit Parisien, 1928) (Maurice Sarazin) – L’actualité littéraire à Vichy et dans la région : 1er trimestre 2018 (Maurice Sarazin). – Quartiers généalogiques, dont “Généalogie Mgr Martin (M. Gagnol) – Événements à venir…

AMIS DE MN

• Les Amis de Montluçon préparent la rentrée, avec dores et déjà quatre temps forts.  Le 2 septembre, l’excursion annuelle  aura pour destination la ville de Nevers. La matinée sera consacrée à une visite guidée du quartier historique, incluant la cathédrale (intérieure et extérieure) et le palais ducal (façade et galerie basse). L’après-midi sera réservé à la visite  guidée des collections du Musée de la faïence et des Beaux-Arts.  Les samedi 15 et dimanche 16 septembre, à l’occasion des  journées du Patrimoine, le château de Bien-Assis sera ouvert de  14 h 00 à 18 h 00.  Ce sera l’occasion de découvrir l’exposition consacrée à Pierre Leprat, peintre et président-fondateur des Amis de Montluçon.

• Le 30 septembre, les Amis de Montluçon  accueilleront les membres de la  Société d’histoire et d’archéologie de Vichy qui, après avoir visité la cité médiévale, le matin et en début d’après midi, termineront leur journée par la visite du château de Bien-Assis. Enfin, le dimanche 14 octobre 2018, la traditionnelle  séance publique de rentrée aura lieu à 15 h 30, salle Robert-Lebourg. L’invité sera  Alain Carteret, président des Amis de Napoléon III à Vichy,  qui évoquera Vichy, cité Napoléon III

• AZI LA GARANCE

AZI LA GARANCE

• La Feuille de Garance (n° 42, juillet 2018) :  Vie de l’association – Carnet : Josette Alviset (1937-2018) – Nicole Lecreux (1934-2018) –  Danièle Laire (1946-2018) – André-Lois Neury (1930-2018) –  Jacques Vachon (1920-2018) – Une journée au pays de Jacques Cœur… – Pour enrichir votre bibliothèque – Le tambour d’Azi la Garance  – Une sépulture à l’épitaphe unique au cimetière de Broût-Vernet (Jean-François Glomet) – Quand la société des Phares et des Bougies Marchal était installée à Broût-Vernet (Jean-François Glomet) – La four à pain de la Briqueterie et les boulangers de Saint-Didier (Philippe Carré).

• SOCIÉTÉ DES AMIS DE LA FORÊT DE TRONÇAIS

logo_SAFT-300x297• Bulletin (n° 63, année 2018) :  In memoriam : Claude Jouin –  Pascale d’Ormesson – Jacqueline Pelletier Doisy –  Hélène Gosset – Claude Jouin et la forêt de Tronçais (V. et J. P. Molenat) – Aménagement de la forêt – Acquisition LiDAR en forêt de Tronçais – Tronçais forêt d’exception – “Faune sauvage” dans la continuité  – Champignon ange ou démon – L’exploitation archéologique des données LiDAR sur la forêt de Tronçais : un premier bilan – Colloque Jacques Chevalier du 15 septembre 2017 : l’enracinement de Jacques Chevalier à Cérilly (A. Badower) – Chapelle Saint-Mayeul de Tronçais : un cri d’alarme (J. Y .Bourgain) – Nouvelles petites contributions à l’histoire des Forges de Tronçais.

•  AUTRES ASSOCIATIONS

image022Les Amis de Napoléon III à Vichy ont programmé trois grandes conférences à l’automne 2018 : 29 septembre : Vérités historiques sur Napoléon III  (Abel Douay) –  27 octobre : Souvenirs sur le Second Empire  (Jean-Denis Serena) – 24 novembre : Persigny (Benoît Habert).

• Aumance – Tronçais magazine a publié son n° 61 – année 2018. Au sommaire : Relier deux villes grâce aux artistes peintres – L’instruction primaire à Hérisson du XVIème au XIXème siècle (M. Moreau) – Dans le flot des informations 2017-2018 – Un célèbre commerce à Hérisson : Le Charles Ville  (M. Moreau).

téléchargement (1)• Le Bulletin de l’association François Péron (année 2018 – 20 rue Jean-Jaurès, 03350 Cérilly) est paru: Index des noms donnés aux côtes d’Australie (M. Sarazin) – Les îles Péron – Un article oublié de François Péron sur la vaccine (M. Sarazin) – Deux géologues français en Nouvelle-Hollande : Louis Depuch et Charles Bailly  (W. Mayer) – Tronçais, forêt d’exception.

• LIMOUSIN

ssnac

• SOCIÉTÉ DES SCIENCES NATURELLES ARCHÉOLOGIQUES

ET HISTORIQUES DE LA CREUSE

• Le 21 juillet 2018, la SSNAHC a organisé sa journée de séance foraine au château de la Mothe, à Mérinchal (Creuse). Après l’inauguration et la visite en matinée de l’exposition présentant quelques aspects du patrimoine de Mérinchal et des communes avoisinantes, les membres présents ont pu entendre six communications :  Gaëtan Bouclet : L’antimoine de Mérinchal – Patrick Léger : Chemin commercial préhistorique et mégalithisme dans les environs de Mérinchal – Pierre Ganne : Aux origines de Mérinchal (Creuse) : notes d’archéologie néolithique, gallo-romaine et médiévale – Noëlle Bertrand : Les modillons des églises des environs de Mérinchal – Daniel Dayen : La création de la commune de La Villeneuve – Josiane Garnotel : Ernest Sourioux (1895-1944), notable rural, député et déporté. À l’issue de cette séance, était proposée une  visite commentée de l’église paroissiale Saint-Pierre et de la chapelle du Calvaire.

 

• FOREZ

La Diana

• Bulletin de la Diana (2ème trimestre 2018) : Une procédure criminelle devant la maréchaussée de Roanne en 1697 (Mme Besson-Le Huédé) – Le droit de mariage et la Grange les Pelussin (Philippe Pouzols-Napoléon) – La franc-maçonnerie à Saint-Étienne au XIXè siècle (Jean-Claude Saby) – La fourchette et la plume : les dîners naturalistes au XIXème siècle (C. Goutaland) – Une brève histoire : le jeton de présence (M. Font, Ph. Pouzols-Napoléon) – Au hasard des rayons de la Diana – Un académicien à Montbrison [Frédéric Vitoux].

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s