PARUTION: “GEORGES SIMENON ET LE BOURBONNAIS, LA NIÈVRE ET LE BERRY BOURBONNAIS”, UN NOUVEAU REGARD SUR L’HOMME ET SUR L’ŒUVRE

DERNIÈRE MISE À JOUR:  19 AVRIL  2019

contact: allier-infos@sfr.fr

ml03-02• Georges Simenon, son œuvre et ses sources n’en finissent  pas de susciter l’intérêt des chercheurs et des spécialistes, comme des simples amateurs  de ses romans ou des adaptations qui en ont été tirées, que ce soit au cinéma ou à la télévision. C’est notamment le cas de l’association Lacme 03, présidée par Joël Talon, à laquelle on doit plusieurs manifestations et une exposition autour de l’écrivain.  Vu du Bourbonnais lui a également consacré un long article, avec notamment une étude signée par Maurice Sarazin qui s’attachait à démêler les liens entre Simenon et le Bourbonnais. Cette fois-ci, c’est un universitaire, Paul Mercier, qui publie le fruit de ses longues recherches. Il le fait  dans un  ouvrage intitulé Georges Simenon, la Nièvre et le Berry bourbonnais. Il se déclinera en trois volumes, dont le premier est annoncé pour la fin de janvier 2019.

074_001_03-paray-le-fresil-le-chateau
Le château de Paray-le-Frésil, vers 1920, propriété du marquis de Tracy

• Pourtant,    Georges Simenon, a vécu  moins d’un an dans le Centre de la France, dans ce qu’il appelle le Bourbonnais, un territoire qui s’étend sur une partie du Berry et du Nivernais (Saint-Fiacre, Moulins, Nevers, Tracy-sur-Loire, Saint-Amand-Montrond et le canal de Berry ou encore Vichy). Il n’empêche que cette  “année de formation” a fini par imposer sa marque à l’ensemble de l’œuvre. En prenant ses distances avec les clichés du mythe de Maigret, avec l’aura médiatique légendaire de Simenon et avec ce qu’il appelle fantaisies des adaptations filmées, Paul Mercier, docteur d’Etat ès Lettres,  auteur d’une thèse sur la création littéraire chez Simenon et de plusieurs ouvrages sur le romancier, a choisi un autre angle. Il a voulu privilégier la lecture directe les textes de Simenon, avec la  mise en lumière du patrimoine régional, aussi bien que  l’universalité de l’œuvre. Dès les années 1990, il est allé en Bourbonnais, que ce soit  sur les bords du canal de Berry ou  à Tracy-sur-Loire, ainsi qu’à Vichy et dans nombre d’autres lieux emblématiques. L’objectif était de mener des recherches sur les lieux mêmes  que le romancier avait immortalisés dans ses romans. Il s’en dégage des correspondances profondes entre les romans populaires, les enquêtes de Maigret, les romans “durs et les textes autobiographiques. Avec les jeux de la fiction et ceux du souvenir, le regard anthropologique du romancier court ainsi sur plus d’un demi-siècle.

1024px-carte_du_bourbonnais.svg
Le Bourbonnais dans ses limites du XVIIIè siècle

• Animé par un double souci de fidélité aux faits historiques et de confrontation des textes datés de différentes époques, l’auteur, a cherché, en amoureux de la littérature, à porter un regard renouvelé et authentique sur des aspects moins connus de l’œuvre et sur l’harmonie d’ensemble de celle-ci. Avec des “racines bourbonnaises et provinciales”, qui s’agencent avec d’autres racines, wallonnes, parisiennes, charentaises, américaines, et autres, Simenon reste avant tout un citoyen du monde. Il n’a cessé d‘explorer, ici et ailleurs, les secrets des hommes (les siens et ceux des autres), de les raconter et d’en préserver les mystères, les angoisses et les désirs.

• Dans les lignes qui suivent, Paul Mercier  explique les raisons qui l’on conduit à s’intéresser à Simenon, au point de lui consacrer trois volumes, alors qu’il existe déjà une bibliographie abondante sur l’écrivain et sur ses sources.  D’où la nécessité de se pencher ensuite sur tout ce qui fait l’originalité de son travail. Il se penche ensuite sur la question qui paraîtra inutile aux amateurs de Maigret, mais qui mérite d’être posée: “Lit-on encore Simenon ?”. Enfin, il explique son choix d’avoir organisé son livre en trois grandes parties.

◘ QUATRE QUESTIONS

À L’AUTEUR…

• POURQUOI  UNE TELLE SOMME

SUR GEORGES SIMENON ?

Paul Mercier: “Jusque-là, seul un documentaire, celui de Jacques Tréfouël et de Jacques Santamaria, en 2003, avait traité de ce sujet, avec le concours érudit de deux éminents spécialistes de Simenon, Claude Menguy et Michel Lemoine, aujourd’hui disparus. Je suis le seul encore en vie de ce groupe des « cinq mousquetaires de Simenon« . Ce groupe de chercheurs s’était donné pour objectif une étude précise des textes de l’univers de Simenon et l’exploration minutieuse des sites décrits dans les romans. Cela nous a conduits, les uns et les autres, tantôt ensemble, tantôt seuls, à mener des expéditions en terres bourbonnaises dans les années 1980-2000 et à collecter témoignages et documents photographiques”.

• EN QUOI CET OUVRAGE

SE DÉMARQUE-T-IL DES AUTRES 

CONSACRÉS À SIMENON ?

Paul Mercier: “La réponse à cette question n’est pas simple, pour plusieurs raisons. Bien des personnes ont abordé, en passant, les relations de Simenon et du Bourbonnais. Le séjour du romancier, ici, a eu des effets considérables sur son œuvre romanesque. Pour lui, cette région se confond avec le Centre de la France et la France profonde, rurale et provinciale, avec des repères géographiques assez fluctuants, extensibles et interchangeables. C’est pourquoi, il est vain de trop différencier Bourbonnais, Berry et le pays de Tracy-sur Loire : tout cela, dans l’imaginaire de Simenon, forme un ensemble indissociable, avec ses particularités, certes, mais d’abord une tranche de vie décisive”.

363_001
Tracy-sur-Loire (Nièvre), dans les années 1920

• De 1923 à 1928, de l’époque de ses vingt ans, alors tout jeune marié, jusqu’à l’accès à sa notoriété sur la scène parisienne, Georges Simenon a vécu des années de formation décisives pour la suite de sa carrière. Les Belges insistent volontiers sur les origines familiales et sur les années liégeoises, mais c’est dans cette décennie que se joue la mutation des ambitions du journaliste vers la carrière de romancier. C’est dans le « chaudron bourbonnais » que s’est fabriquée la potion magique qui métamorphosa le « Jeune Sim » en un romancier et en un citoyen du monde.

simenon-1927
“Le jeune Sim”

• La rencontre avec le marquis de Tracy, dont il fut le secrétaire mais aussi, à plus d’un égard, le confident a eu une importance décisive sur l’émancipation sociale du jeune homme en faisant évoluer ses conceptions des rapports sociaux. Cette évolution se lit dans l’abondante production des romans populaires, minimisés habituellement par la critique (à quelques exceptions près) et par Simenon lui-même après 1931.

 

• Ce livre donne une place importante aux romans populaires en en proposant de larges extraits. Les grands thèmes de l’œuvre s’y développent déjà avec bonheur, en s’écartant souvent des conventions habituelles à ce genre de romans sentimentaux et d’aventure. Ils constituent aussi  un observatoire fort utile pour comprendre les grands romans sous patronyme, qui font souvent référence à des souvenirs de jeunesse et à des expériences liées à l’entrée dans la vie (évoqués d’ailleurs en partie dans les romans populaires).

marianne
Les premiers romans de Simenon (Marianne, 1933)

Évoquer le Bourbonnais, c’est immanquablement parler des origines de Maigret, des origines terriennes, mais celles aussi d’un déraciné dès l’âge de douze ans : dans les Mémoires du commissaire, le monde des aristocrates s’est dissous … En accordant une grande place aux amis de lycée de Maigret, le narrateur en profite pour titiller la position sociale du régisseur avec condescendance. D’une façon plus globale, le malaise des jeunes au sortir d’une adolescence provinciale est une constante et la mise en accusation des attitudes de la bourgeoisie et des notables n’a d’égale que l’impuissance des pères pour porter secours à leur progéniture. Le marquis a joué en partie cette présence réconfortante auprès du jeune Sim. Cette relation interpersonnelle de qualité ne s’est pas traduite par une forme d’allégeance envers l’aristocratie, d’un jeune homme surtout avide de conquérir son indépendance financière et d’atteindre la gloire littéraire.

chevagnes
Chevagnes en Bourbonnais

• La durée du séjour dans le Centre de la France reste étonnamment courte, une dizaine de mois en 1923-24, à peine deux mois en 1928, des passages presque furtifs ensuite et un mois plein à l’occasion des vacances à Vichy, en 1967. Deux remarques s’imposent. La brièveté de ces séjours tranche avec l’ampleur de leur impact sur l’ensemble de l’oeuvre romanesque, la taille de ce livre en donne la confirmation.

vichy
Vichy: le palais des sources

• Par contre, l’épisode de Vichy apparaît comme une coupure dans cette saga romanesque, malgré l’enquête privée de Maigret ; une cure, une réunion de famille, une nouvelle situation conjugale officialisée pour Simenon. Le regard rétrospectif que porte le retraité sur ces vacances donne à Marie-Jo une place que le personnage de Maigret, malgré tous ses talents, ne saurait assumer.

• “Simenon et le Bourbonnais” comporte toutes ces facettes, l’immersion d’un jeune homme dans un milieu qui lui est inconnu, l’abandon de la profession de journaliste aux velléités anarchisantes (de tels personnages sont légion), une vie de couple contrariée, une aventure de robinsons au bord de l’eau, des séances quotidiennes de forçat devant sa machine, une intermittence errante entre Paris et des paysages « naturels »… Pourtant, ce qui compte le plus reste la vie des personnages, tenaillés par l’angoisse du destin. « Au boulot« , c’est-à-dire la mise en chantier impérative du prochain roman demeure une injonction catégorique pour le romancier qui doit poursuivre son effort et faire mieux la prochaine fois.

805_001

• Qu’on prenne pour référence les préoccupations des personnages ou les différentes phases de la vie du romancier, la confrontation aux expériences du moment est exposée aux jeux des angoisses existentielles des âges de la vie, au retour des souvenirs et de la mémoire des pères. À cause de cela, on ne peut dissocier complètement ni le jeune Simenon du retraité, ni le regard porté sur le Centre de la France des observations romanesques sur la condition humaine, ici et ailleurs.

45542• Lire Simenon et prendre du plaisir à le relire… Lire, dans le texte, un roman de Simenon, c’est faire la rencontre d’une sensibilité très personnelle, au pouvoir d’évocation incomparable et dans une langue aisément accessible par sa simplicité apparente. D’où cette curieuse impression d’une rencontre interpersonnelle avec l’auteur, sans prêche, sans pédanterie, et qui prétend seulement raconter des histoires. Quand on aime lire, on ne lit pas que du Simenon, mais on accorde une attention particulière à ces auteurs qui permettent de découvrir les secrets d’une vie, en les observant à la fois comme un entomologiste et comme un témoin capable de sympathie. La scène de Loursat recueillant les confidences de Manu vaut mille fois plus que la plaidoirie bateleuse et racoleuse de Raimu”.

• TRENTE ANS APRÈS SA DISPARITION,

CONTINUE-T-ON  À LIRE SIMENON ?

Paul  Mercier: “Une lecture publique de Simenon fait plus que la projection de films tirés de ses romans. Voilà deux expériences presque contradictoires, celle de la lecture individuelle (ou publique) et celle du spectacle audiovisuel. Sans doute le cinéma a-t-il contribué à notoriété de Simenon, mais à quel prix… L’interprétation de Jean Gabin dans Maigret et l’Affaire Saint-Fiacre, pour ne parler que de ce film, me fait penser à la venue d’un éléphant dans un magasin de porcelaine, massacrant les charmes subtils et moqueurs du roman… Les romans durs ont connu des adaptations plus réussies et plus suggestives.

sans-titre1
L’interprétation de Jean Gabin: “Comme la venue d‘un éléphant dans un magasin de porcelaine”

• Voilà pourquoi ce livre se présente comme un puzzle, avec de nombreux extraits de romans populaires (souvent peu accessibles aujourd’hui au public). En présentant dans l’ordre chronologique une succession de passages illustrant des cadres spatiaux du Centre de la France dans l’espace romanesque, l’idée était de mettre en valeur la continuité des thèmes de l’univers simenonien et leur approfondissement autant que leur retour régulier, le flux et le reflux en quelque sorte. Par ailleurs, le romancier, à différentes époques de sa vie, récrée ses souvenirs, les transformant selon son humeur (ou celle de ses personnages), selon les épreuves familiales et les atteintes du vieillissement. Pas de souvenirs sans cicatrices”…

• POURQUOI UN LIVRE

PUBLIÉ EN TROIS PARTIES

ET EN AUTANT DE VOLUMES ?

Paul Mercier: “Cette partition est due à des impératifs techniques. L’intérêt de l’œuvre de Simenon pour la mise en valeur du patrimoine du Bourbonnais, compte tenu des différents sites décrits dans ses romans, est indéniable, même si sa préférence se montre relativement sélective et voyageuse. La table des matières donne toutes les informations utiles à ce sujet (lieux et passages de romans). Le propos de l’auteur se contente de présenter des extraits de textes de Simenon, avec un minimum de commentaires : à chacun de donner aux remarques proposées les significations qui lui plaisent. Le sens de l’écoute et une attitude de disponibilité à communiquer entre humains sont des marques du roman simenonien.

• J’ai beaucoup écrit sur Simenon, une thèse d’Etat et plusieurs livres, une cinquantaine de chapitres et d’articles dans des revues littéraires, avec des archives personnelles… Universitaire à la retraite, j’ai évité de reproduire des informations dont j’ai pu vérifier la teneur, et j’ai voulu donner toute sa place à l’imaginaire de Simenon et à la littérature. Un regret peut-être? Ne pas avoir pu placer toutes les illustrations auxquelles j’avais pensé initialement, à cause de questions de droits et en raison du coût économique que cela aurait représenté”.

lacme
Lacme 03, à l’origine de la publication du livre de Paul Mercier.

◘ BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR

Paul Mercier est né en 1944 en Franche-Comté. Docteur d’Etat ès Lettres, il a enseigné la psychosociologie clinique à Paris XIII et à l’Université de Franche-Comté-Besançon jusqu’en 2006. Il a écrit une thèse sur la création littéraire chez Simenon et plusieurs ouvrages sur le romancier. Il collabore régulièrement à la revue Traces (Centre d’Etudes Georges Simenon (Liège) et aux Cahiers des Amis de Simenon (Bruxelles). Dès les années 1990, il est allé en Bourbonnais, sur le canal de Berry et à Tracy-sur-Loire, à Vichy, et dans bien d’autres lieux pour mener à bien des recherches sur les lieux que le romancier a immortalisés dans ses romans.

◘ TABLE DES MATIÈRES

DES TROIS VOLUMES

LIVRE  I

z couv

L’ALLIER

PARAY-LE-FRÉSIL,  CHEVAGNES, MOULINS ET VICHY

z tome 1

• 1 vol. br, 168 p, illustrations n-b et couleur, éd. Association LACME,  25 €.

► À noter...La présentation du livre a eu  lieu lors de l’Assemblée Générale de l’association LACME, qui s’est tenue le 7 février,  à la salle des fêtes de Moulins.  L’ouvrage est désormais  disponible dans les librairies de Moulins et de Vichy.

• On  peut également le  commander directement auprès de l’association (LACME: 3 rue Lenôtre  03400 Yzeure) au prix de 33,40 € (25 € + port: 8,40 €). Règlement par chèque bancaire à l’ordre de Association LACME, à joindre à la commande.

 

LIVRE II

LE VAL-DE-LOIRE ET LA NIÈVRE

NEVERS, TRACY-SUR-LOIRE ET POUILLY, SAINT-THIBAULT

(À paraître ultérieurement. Le sommaire est donné à titre indicatif et pourra faire l’objet de modifications)

z tome 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LIVRE III

DE MONTLUÇON À SAINT-AMAND

PAR LE CANAL DE BERRY

(À paraître ultérieurement. Le sommaire est donné à titre indicatif et pourra faire l’objet de modifications)

z tome 3

• ACTUALITÉ DE SIMENON

EN BOURBONNAIS …

LA MONTAGNE

• Sur le site de La Montagne, Antoine Delacou est revenu sur la parution du livre de Paul Mercier : “ Un livre enquête sur le passé de Georges Simenon dans le Bourbonnais. De 1923 à 1924, Georges Simenon aura vécu moins de douze mois dans l’Allier. Mais ce séjour, déterminant, imprégnera une partie de  l’œuvre littéraire du génial romancier belge. Eclairage et analyse de Paul Mercier dans “Simenon et le Bourbonnais”, son nouvel ouvrage très documenté… (lire la suite).

SEMAINE ALLIER

• Dans La Semaine de l’Allier (14 février), Fleur Mallejac a consacré un long article au livre de Paul Mercier, sous le titre “ Simenon, Maigret et le chaudron bourbonnais”: “ Georges Simenon a passé à peine plus d’un an dans notre région, mais l’impact de la période bourbonnaise sur l’œuvre de l’écrivain est essentiel. Paul Mercier le démontre dans une trilogie publiée par l’association Lacme”, peut-on lire en introduction à l’article.

• En dehors de la publication du premier volume de  Simenon, le Bourbonnais,  la Nièvre et le Berry bourbonnais, l’association  Simenon en Bourbonnais poursuit ses activités. Le dimanche 3 février,  à la médiathèque de Moulins, Jean-Emmanuel Stamm a présenté une conférence, accompagnée de la projection de  documents photographiques,  sur le thème  “Comment Maigret, commissaire de police, devenu célèbre dans le monde entier, est-il né en Bourbonnais ?” Une première approche qui a permis de  découvrir ou de redécouvrir les liens qui unissent l’œuvre et la vie de Georges Simenon au département de l’Allier

ET AILLEURS…

téléchargement (2)

Sans titre

• MAIGRET PREND L’OMNIBUS

• Regrouper tout Maigret dans une même collection, pour une nouvelle édition, du premier roman, Pietr le Letton (1931), jusqu’à l’ultime, Maigret et Monsieur Charles (1972)…Le tout chez trois éditeurs différents, entre Fayard, Gallimard et les Presses de la cité. C’est la tâche à laquelle se sont attelées les éditions Omnibus, à l’occasion du 30ème anniversaire de la disparition de Simenon. Dores et déjà trois volumes sont parus:

9782258148062ORI Tout Maigret: Tome 1: Les 8 premières aventures   de Maigret, parues en 1931  (Pietr le Letton, Le charretier de la Providence,  Monsieur Gallet décédé)… Préface de Pierre Assouline. Notes de  Michel Carly (1 vol. br, éd. Omnibus, 28 €).

Tout Maigret: Tome 2:  8 romans suivants parus en 1931 et 1932 ( Au rendez-vous des Terres-Neuves,  La danseuse du Gai Moulin, La Guinguette à deux sous …). Préface de  Franck Bouysse. Notes de  Michel Carly (1 vol. br,  920, illustrations n-b et couleur,éd. Omnibus, 28 €).

Tout Maigret: Tome 3:  9 romans  parus en 1932 et 1933 ( Liberty Bar, L’écluse n° 1…). Préface de  Philippe Claudel. Notes de  Michel Carly (1 vol. br,  972 p,  illustrations n-b et couleur,  éd. Omnibus, 28 €).

9782258161849ORI Tout MaigretTome 4  Romans dans lesquels Maigret se confronte aux polices anglaise et américaine (Maigret se fâche, Maigret à New York, Les vacances de Maigret…). Préface de  Douglas Kennedy. Iconographie et notes de   Michel Carly. (1 vol. br,  1020 p,  illustrations n-b et couleur,  éd. Omnibus, 28 €)

 Tout MaigretTome 5  Romans  et nouvelles  parus entre  1950 et 1953  (L’amie de madame Maigret,  les mémoires de Maigret, Maigret au Puicratt’s,…).  Préface de  Bruno Solo. Iconographie et notes de  Michel Carly  (1 vol. br,  972 p,  illustrations n-b et couleur,  éd. Omnibus, 28 €)

 Tout MaigretTome 6  Huit aventures du célèbre commissaire parues entre 1953 et 1956 (Maigret a peur, Maigret se trompe, Maigret à l’école…). Préface de Bertrand Tavernier. Iconographie et notes de  Michel Carly (1 vol. br,  1250 p,  illustrations n-b et couleur,  éd. Omnibus, 28 €).

9782258161870ORI (1)◘ Tout Maigret: Tome 7: Romans parus entre 1957 et 1962 (Maigret s’amuse – Maigret voyage – Les Scrupules de Maigret – Une confidence de Maigret – Maigret aux assises –  Maigret et les témoins récalcitrants – Maigret et les vieillards – Maigret et le voleur paresseux – Maigret et les braves gens). Préface de  Françoise Bourdin. Iconographie et notes de  Michel Carly. (1 vol. br,  1280 p,  illustrations n-b et couleur, éd. Omnibus, 28 €).

Tout Maigret: Tome 8  Romans parus entre  1962 et 1968 (Maigret et le client du samedi  – Maigret et le clochard – La Colère de Maigret – Maigret et le fantôme – Maigret se défend – La Patience de Maigret – Maigret et l’affaire Nahour – Le Voleur de Maigret  – Maigret à Vichy). Préface de Jacques Santamaria.  Iconographie et notes de  Michel Carly. (1 vol. br,  1310 p, illustrations n-b et couleur, éd. Omnibus, 28 €).

Tout Maigret: Tome 9 : Romans parus entre 1968 et 1972 (Maigret hésite – L’Ami d’enfance de Maigret – Maigret et le tueur – Maigret et le marchand de vin – La Folle de Maigret – Maigret et l’homme tout seul – Maigret et l’indicateur – Maigret et Monsieur Charles). Préface de Jean-Luc Bannalec. Iconographie et notes de  Michel Carly. (1 vol. br,  1250 p, illustrations n-b et couleur, éd. Omnibus, 28 €).

tout_maigret_t10_mTout Maigret: Tome 10 : Un ultime volume de cette collection qui regroupe  28 nouvelles écrites par Georges Simenon entre 1936 et 1950: L’affaire du boulevard Beaumarchais – La péniche aux deux pendus-  La fenêtre ouverte –  Peine de mort –  Les larmes de bougie – Rue Pigalle – Monsieur Lundi – Une erreur de Maigret –  Jeumont, 51 minutes d’arrêt ! – Mademoiselle Berthe et son amant –  Tempête sur la Manche –  Le notaire de Châteauneuf – L’improbable Monsieur Owen –   Ceux du Grand Café –  L’Etoile du Nord – L’auberge aux noyés – Stan le Tueur – La vieille dame de Bayeux – L’amoureux de Madame Maigret-  L’homme dans la rue – Vente à la bougie –  Menaces de mort – La pipe de Maigret – Le témoignage de l’enfant de chœur – Le client le plus obstiné du monde – Maigret et l’inspecteur Malgracieux – On ne tue pas les pauvres types –  Un Noël de Maigre. Préfaces de Dominique Fernandez, Pierre Assouline et Denis Tillinac. Iconographie et notes de  Michel Carly. (1 vol. br,  995 p, illustrations n-b et couleur, éd. Omnibus, 28 €).

• PRÉSENTATION DE LA COLLECTION PAR L’ÉDITEUR

30è ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE SIMENON :

« TOUT MAIGRET » À (RE)DÉCOUVRIR

• Né sous la plume de Simenon à la fin de l’année 1929, Maigret fête ses 90 ans cette année, et pour l’occasion, les éditions Omnibus sortent une nouvelle édition de Tout Maigret avec des couvertures originales créées par Loustal.

758__desktop_simenon-desktop
► accéder au site des éditions Omnibus

• Au cours du printemps 1930, alors qu’il stationne à Morsang-sur-Seine dans son cotre « l’Ostrogoth », Georges Simenon met le point final à Pietr-le-Letton. Après deux cents ouvrages écrits sous pseudonymes pour des éditeurs populaires, Simenon, à 27 ans, a l’intuition qu’il tient enfin son style, sa « manière ». Son apprentissage se termine, il signera désormais ses romans de son nom. Il rédige trois autres Maigret avant de présenter à l’éditeur Fayard les quatre manuscrits dont le héros est un commissaire parisien massif et fumeur de pipe à quelques mois de la retraite, Jules Maigret.

• « En somme, qu’est-ce que vous avez voulu faire ? dit Fayard à Simenon. Vos romans ne sont pas de vrais romans policiers. Un roman policier se déroule comme une partie d’échecs dont le lecteur doit posséder toutes les données. Rien de tel chez vous. Votre commissaire n’est pas infaillible. Il n’est ni jeune ni séduisant. Quant aux victimes et aux assassins, ils ne sont, eux, ni sympathiques ni antipathiques. Enfin, ça finit toujours mal. Pas d’amour. Pas de mariage. Comment voulez-vous accrocher le lecteur avec ça ? » Mais enfin, il va les publier quand même : « Nous allons perdre beaucoup d’argent mais je veux tenter l’expérience. » C’est Georges Simenon, avec la complicité de Pierre Lazareff, qui organise le lancement des Maigret en février 1931 avec un « bal anthropométrique » où se presse le Tout-Paris.

• Les deux premiers Maigret, Monsieur Gallet, décédé et Le Pendu de Saint-Pholien, rencontrent un succès immédiat. Le commissaire Maigret devient une figure familière pour le public, d’autant que le cinéma s’est mis de la partie : dès 1932, Julien Duvivier réalise La Tête d’un homme, avec Harry Baur ; Jean Renoir dirige son frère Pierre dans La Nuit du carrefour ; Jean Tarride, son père Abel dans Le Chien jaune.

• De 1931 à mars 1934, ce ne sont pas moins de dix-neuf Maigret qui voient le jour ! Cependant, tel Arthur Conan Doyle avec Sherlock Holmes, Simenon se sent dévoré par sa créature. Il abandonnera le commissaire en passant à la NRF. L’absence dure huit ans, et il faut attendre 1942 pour voir son retour, opportunément intitulé Maigret revient, que publie Gallimard.

Sans ZZZmaigret

• En novembre 1944, Georges Simenon rencontre celui qui sera son troisième et dernier éditeur, Sven Nielsen, qui vient de fonder les Presses de la Cité. C’est le début d’une grande amitié. Le premier Maigret publié chez son nouvel éditeur, Maigret se fâche, paraît en 1947, et il sera suivi de quarante-neuf autres.

Maigret et Monsieur Charles, paru en 1972, est l’ultime roman de Simenon, qui, dès lors, se consacrera à une œuvre autobiographique, lui qui avait sondé le cœur et l’âme des humains sa vie durant.

Maigret aujourd’hui ? C’est soixante-quinze romans, vingt-huit nouvelles, un personnage connu dans le monde entier, à la fois parisien et universel, d’innombrables adaptations au cinéma – avec Jean Gabin, Charles Laughton, Albert Préjean, Michel Simon, Heinz Rühmann… – et à la télévision – avec Jean Richard (88 téléfilms !), Bruno Cremer, Jan Teulings, Michael Gambon, Gino Cervi, plus récemment Rowan Atkinson…, des traductions nouvelles en Grande-Bretagne et en Allemagne. (extrait du site des éditions Omnibus – © Omnibus – Lisez-moi).

 

• POUR SUIVRE MAIGRET, À LA TRACE,

DANS LES RUES DE PARIS

• Autre initiative des éditions Omnibus, la réédition du livre de Michel Carly, Maigret : Traversées de Paris : les 120 lieux parisiens du Commissaire ( 1 vol. br, 162 p, illustrations, index, éd.  Omnibus – Bibliocité, 19 €). Un livre que l’éditeur présente ainsi:

Z CARLYE MAIGRETCe guide illustré de photographies vous emmène sur les traces du célèbre commissaire à la découverte de la capitale.  Maigret, Paris. Le personnage et la ville sont à jamais liés dans l’œuvre de Simenon. Pour la première fois, ce guide illustré de photographies vous emmène sur les traces du célèbre commissaire à la découverte de la capitale. De Montparnasse à Pigalle, du quai des Orfèvres à Montmartre, des Champs-Elysées au Marais, c’est le Paris des bistrots et des palaces, des petites rues et du coude à coude populaire, de la P.J. et du grand monde. Le Paris du jour comme de la nuit, toute une humanité observée par Simenon et débusquée par Maigret lors de ses 63 enquêtes parisiennes. Riche de 120 lieux et de  7 itinéraires, ce livre est à la fois une invitation à relire Simenon et à parcourir, romans en tête, une ville tout entière revisitée. Universitaire belge, Michel Carly est spécialiste et biographe de Georges Simenon, à qui il a consacré plusieurs ouvrages, parmi lesquels, , chez Omnibus, “Simenon et les secrets de La Rochelle”, “Sur les routes américaines avec Simenon” et “Simenon et les femmes”. Il est, par ailleurs, l’auteur des notes contenues dans les  dix volumes de la collection “ Tout Maigret”.

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s