◘ BIOGRAPHIES: LE DICTIONNAIRE MAITRON DES FUSILLÉS (1940-1944) ACCESSIBLE EN LIGNE

MISE À JOUR: 24 OCTOBRE 2016

Jean-Paul PERRIN

 

Après un  monumental Maitron”, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (1789-1968), dont la publication s’est étalée sur un demi-siècle, vient de paraître un “Maitron » , Dictionnaire des fusillés (1940-1944) désormais accessible en ligne…Deux formidables instruments de recherches, fruits d’une véritable aventure scientifique et éditoriale, sur lesquels Vu du Bourbonnais  se propose de revenir…

L’AVENTURE DU DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE DU MOUVEMENT OUVRIER ET DU MOUVEMENT SOCIAL (1789-1968)…

 

•  Le nom de Jean Maitron (1910-1987) est intimement associé au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier de 1789 à 1940 (ou D.B.M.O.F. en 43  volumes et 1 volume de compléments)  et au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier – mouvement social (1940-1968), dont le  tome XII et dernier vient de paraître.

telechargement-1
Jean MAITRON (1910-1987)

• Si certaines notices biographiques, faute de documentation, peuvent se limiter à quelques lignes,  d’autres, lorsqu’on dispose d’une masse d’informations conséquentes, peuvent occuper plusieurs pages. On y retrouvera ainsi des dizaines de milliers  d’acteurs du mouvement ouvrier et social bourbonnais, dont beaucoup sont injustement oubliés. Au fil des décennies, l’auteur et son dictionnaire ont fini par s’identifier l’un à l’autre. Ne dit-on pas d’ailleurs « Le Maitron » comme on dit le Larousse ou le Robert ?

44904• À la base, il y avait un pari audacieux de la part de Jean Maitron, l’ancien instituteur devenu  historien, universitaire, spécialiste du Mouvement ouvrier, enseignant à la Sorbonne (1963-1976) : rassembler les biographies de tous les acteurs du mouvement social, depuis la Révolution française, faire émerger de l’oubli ces « illustres inconnus » pour beaucoup d’entre eux, qui ont pourtant fait du combat social et politique une priorité de leur vie. L’idée avait germé en 1955 mais ce n’est qu’en 1964 que le premier volume a pu paraître,  sous l’égide des Éditions Ouvrières devenues depuis les éditions de l’Atelier. Le projet aurait pu  sombrer avec la disparition de Jean Maitron en 1987 mais il n’en a rien été, d’autant qu’il avait su fédérer autour de lui des dizaines de chercheurs et d’historiens, avec des relais dans chaque département. Une association des Amis du Maitron a été également constituée.

 Pour en savoir plus sur  Jean Maitron:

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23901

Clkaude PENNETIER, le continuateur du Maitron
Claude PENNETIER, le continuateur du Maitron

• C’est Claude Pennetier, un de ses proches collaborateurs, historien et chercheur au CNRS qui a repris le flambeau et qui a mené la publication à son terme, même si les éditions de l’Atelier ont pu, elles aussi, traverser des périodes difficiles. Pour s’adapter aux nouvelles technologies,  une première étape a consisté à éditer en 1997 un CD Rom réunissant les  110 000 biographies contenues dans les 44 volumes de la période 1789-1939, soit  plus de 150 000 pages écran. De quoi permettre les recherches par nom,  par appartenance à un corpus  déterminé comme les combattants volontaires en Espagne ou les gaziers – électriciens, par lieux, par métiers ou courants de pensée…

► Pour en savoir plus sur Claude Pennetier:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Pennetier

• Après le CD Rom, le Maitron  a pris le virage d’Internet avec la création du site du  Maitron en ligne. Il reprend, parfois dans une version enrichie et avec de l’iconographie, la totalité des 165 427 notices publiées dans l’ensemble du Maitron, y compris les volumes spécialisés et les cédéroms édités par les éditions de l’Atelier.

• Ces notices sont réparties en 5 périodes et, outre le moteur de recherche global,  on peut naviguer dans le dictionnaire grâce à une quinzaine de rubriques thématiques, depuis les femmes jusqu’aux volontaires de l’Espagne républicaine. Chaque notice dispose d’une version imprimable en pdf, avec indication des sources.   Le site, qui participe au programme du Maitron, dans le cadre du CNRS et de l’Université Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXe siècle,  coopère avec différentes universités, musées, archives et Institutions (taperMaitron en ligne)

À savoir… Pour accéder à l’intégralité des  notices, y compris celles qui ne figurent pas dans la version papier, il faut disposer d’un code d’accès réservé aux acheteurs de l’édition papier. Si ce n’est pas le cas, il suffit de compléter la demande d’accès à la notice figurant sur le site.

images-1

UNE AUTRE AVENTURE…LE DICTIONNAIRE DES FUSILLÉS (1940-1944)

telechargement-2
Jean-Pierre BESSE  (1949-2012)

• Au fil de leurs recherches, les auteurs du Maitron ont pu constater que parmi les militants politiques et syndicaux, il y en eut qui participèrent activement à la Résistance,  beaucoup y sacrifiant même leur vie. Il y aura bientôt une dizaine d’années,  Jean-Pierre Besse (1949-2012), historien de la Résistance, en accord avec Claude Pennetier, et avec Thomas Pouty, avait  commencé  à créer une base de données sur les Fusillés après condamnation et comme otages. Cette  base avait été intégrée  au site du Maitron.

• De cette base est né le Dictionnaire biographique des fusillés et exécutés par condamnations et comme otages et guillotinés  en France pendant l’occupation, publié dans une version papier en mai 2015, toujours par les éditions de l’Atelier.  Une centaine d’historiens de la France entière ont collaboré à la rédaction des notices biographiques. Là encore, le décès prématuré de Jean-Pierre  Besse  aurait pu remettre en cause le projet. Ce ne fut pas le cas, l’équipe qu’il avait rassemblée ayant poursuivi le travail. C’est ce qui explique que le Dictionnaire des fusillés soit dédié à « Jean-Pierre Besse, historien social,décédé le 10 juillet 2012, qui a souhaité puis mené cette oeuvre avec passion et détermination« .

►Pour en savoir plus sur Jean-Pierre Besse:

http://picardie.profs.hg.free.fr/bulletin%202013/Hommage_Jean_Pierre_Besse.pdf

2015_11_25_reims_afmdbLe dictionnaire papier (1 volume broché, 1950 pages, illustrations, index, bibliographie, éditions de l’Atelier, 30 €)   présente les biographies de 4 200 fusillés soit après condamnation, soit comme otages.  On y trouve d’abord la liste  par lieu d’exécution, pour chaque département, suivie des biographies par ordre alphabétique. On trouve ensuite une liste des femmes exécutées avec leurs notices biographiques, ainsi qu’une liste des morts sous la torture ou par suicide. Le tout est complété par une bibliographie. Cet ouvrage  a suscité un réel intérêt, notamment parmi les familles des fusillés, mais aussi, au-delà, parmi tous ceux et toutes celles qui mesurent les enjeux scientifiques et civiques d’un tel travail.

• Selon ses initiateurs, « la finalité de cette recherche est scientifique mais aussi civique. À l’heure où, en France comme partout en Europe, l’intolérance, la xénophobie et le racisme sont de retour, à l’heure où les valeurs républicaines sont en danger, il est indispensable de rappeler le sacrifice de tous ceux qui donnèrent leur vie pour elles ».

• Depuis la sortie du livre, la base de données a encore  été enrichie par des milliers de biographies de fusillés sans condamnation ou exécutés sommairement et par celles de civils non résistants massacrés.

• Comme pour le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, un site spécialement dédiés aux fusillés a vu le jour et  cette base de données est devenue un site indépendant. Il a vocation à être  constamment enrichi par de nouvelles biographies de victimes et des monographies des lieux avec, comme ambition à terme, de présenter l’inventaire le plus complet possible des exactions nazies, fascistes et vichystes et de leurs victimes. Des dizaines d’historiens, répartis dans la France entière, participent à ce projet. À terme, il pourra être complété  par des cartes de la souffrance, sur lesquelles seront répertoriés les lieux d’exécutions et de massacres, les lieux de mémoire aussi qui font l’objet de monographies. Des lettres de fusillés prolongent certaines de ces biographies. Le site est accompagné par  une Association pour un Maitron des Fusillés et Exécutés (APMFE) fondée en 2015. Elle est destinée à  soutenir la recherche historique autour des victimes de la répression sous l’Occupation et à assurer la pérennité du projet..

• Le site, ouvert à tous, sans abonnement ni demande particulière, est accessible à l’adresse suivante :

►  http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/

À savoir : La recherche des notices peut se faire d’abord par nom (moteur de recherche global) mais aussi :

  • par lieux d’exécution (départements et communes)
  • par catégories de victimes, déclinées en 5 thèmes: Fusillés après condamnation à mort, Fusillés comme otages, Résistants exécutés sommairement, Civils massacrés, Cas de l’Alsace – Moselle annexées.
  • par professions: cheminots, gaziers – électriciens, livre – papier – carton, enseignants, métallurgie, PTT
  • Enfin, et c’est peut être la partie la plus émouvante, on peut aussi accéder aux Lettres des fusillés figurant  à la suite de certaines notices.

• Comme pour le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier en ligne, chaque notice avec indication des sources,  est disponible en version  pdf pour impression.

► À  titre d’illustrations, Vue du Bourbonnais a sélectionné deux exemples issus de la région montluçonnaise : Le massacre de la carrière des Grises (Prémilhat) , avec ses 42 otages exécutés le 14 août 1944, parmi lesquels, figurait le résistant Jean Mathé, dont la biographie suit  le récit du massacre.

◘  LA CARRIÈRE DES GRISES (PRÉMILHAT, 14 AOÛT 1944)

Pour un accès direct à la notice “Carrière des Grises”:

http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article178762

◘ JEAN MATHÉ (1905-1944)

 Pour un accès direct à la notice “Jean Mathé:

http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article178919

telechargement

Pour en savoir plus sur le Maitron, en général, et sur Jean Maitron en particulier, on peut consulter l’interview de Paul Boulland,  chercheur et historien, secrétaire général de l’association des amis du Maitron, qui participe activement à la poursuite de l’oeuvre:

►  http://enenvor.fr/eeo_actu/5_questions_a/paul_boulland.html

◘ INFORMATIONS PRATIQUES…

Le Dictionnaire des Fusillés est appelé à s’enrichir régulièrement, y compris par les informations que les particuliers peuvent y apporter. Pour ce faire, plusieurs contacts existent :

• Pour toute correspondance concernant spécifiquement le Dictionnaire des fusillés:

►   fusilles@editionsatelier.com.

• Pour  prendre contact avec les membres de l’équipe du Maitron (Claude Pennetier, Paul Boulland) :

►  info@maitron.org.

Association Pour un Maitron des fusillés et exécutés :

L’Association pour un Maitron des fusillés et exécutés (PMFE) valorise et développe le travail de recherche pour l’établissement d’un dictionnaire biographie des fusillés et exécutés de la Seconde guerre mondiale.

Siège social :
Association Pour un Maitron des fusillés et exécutés
Centre d’histoire sociale du XXe siècle
9, rue Malher
75004 Paris

Bureau de l’association
Président : Dominique Tantin
Vice-président : Claude Pennetier

◘  Association des Amis du Maitron :

L’Association des Amis du Maitron (AAM) valorise le Dictionnaire biographique mouvement ouvrier, mouvement social.

Siège social :
Association des Amis du Maitron
Centre d’histoire sociale du XXe siècle
9, rue Malher
75004 Paris

Bureau de l’association :
• Président : Jean-Louis Robert
• Vice-président : Claude Pennetier
•Secrétaire général : Paul Boulland
•Porte-parole et directeur du Maitron : Claude Pennetier